Est-on en train de chercher une solution extra-judiciaire à l’embarrassant « Cas-Capitaine Sanogo » ? On dirait bien oui ! En tout cas, certains signes indiquent des actions de ce genre. Il a fait ses bagages pour rentrer de Sélingué, son procès a été reporté sinedie et son entourage est très confiant au sujet d’un dénouement heureux de sa situation.

 Le Général Amadou Haya Sanogo sera-t-il un jour jugé ? Allons-nous, un jour, savoir, à travers la justice, ce qu’il s’est réellement passé dans notre pays lors du coup d’Etat de 2012, la transition qui en a résulté et les évènements qui se sont déroulés, souvent nuitamment à Kati, courant 2012 et début 2013 ? Justice sera-t-elle un jour rendue aux bérets rouges tombés lors du contre-coup d’Etat, leurs parents sauront-ils, un jour, la vérité ? Quid de la justice qu’ils réclament tous les jours ?

La réponse à toutes ces questions pourrait être non, si l’on en croit l’entourage du Général Amadou Haya Sanogo, lui-même, et si l’on tient compte des évènements qui se déroulent dans le cadre de ce dossier, depuis maintenant quelques jours.

D’abord, son procès avait été fixé au 13 de ce mois avant d’être reporté pour, dira, en substance, dans un communiqué officiel «maintenir la stabilité et la cohésion au sein de l’armé». Avant cela, il faut dire que tous avaient commencé à espérer que le procès se tienne finalement, surtout que Sanogo, lui-même, avait été ramené à Bamako et qu’il avait été entendu par le juge chargé du dossier.

Ensuite, toujours relativement à son voyage de Sélingué pour Bamako en vue d’être jugé, selon plusieurs témoins, Amadou Haya Sanogo n’aurait laissé aucune affaire derrière lui. Il serait rentré avec toutes ses affaires et aurait même dit à des visiteurs et autres connaissances, sur place, qu’il « rentrait définitivement ».

De tout ce qui précède, il est loisible de dire qu’on se dirige vers une mise en liberté discrète du Général Sanogo ; surtout quand on sait qu’il pourrait être, difficilement, jugé à cause de tout ce qu’il sait et du rôle qu’il a joué dans le cadre de l’accession de l’actuel président à la magistrature suprême.

Il faut rappeler que, depuis quelques mois, les autorités réfléchissent, sérieusement, à comment « sortir du cas Sanogo ». Des personnes avaient même été chargées de dégager les scénarii judiciaires et extra-judiciaires possibles en vue de sortir de cette mauvaise passe, tout en sauvant la face des uns et des autres ; à savoir, le principal intéressé à cause de ce qui le lie à IBK et, ce dernier, à cause des secrets qu’ils souhaitent faire garder par l’un de ceux qui l’ont porté à Koulouba, le patron de la junte de 2012.

Aux dernières nouvelles, c’est d’ailleurs IBK, et non la justice, qui est aux manettes dans le cadre de ce dossier. C’est lui qui a refusé la démission du Général Ibrahim Dahirou Dembélé et promis à ce dernier qu’il ne se rendra pas au procès car « Ils vont trouver une solution ».

Il faut rappeler que, comme cela a été dit dans la presse, le ministre de la Défense avait reçu une convocation pour se rendre au Tribunal le lundi 13. C’était une dizaine de jours avant.Dès réception de ce document judiciaire, il a envoyé sa lettre de démission au Premier ministre qui en informa le président de la République. C’est sur intervention de ce dernier qu’il n’y aura ni démission de Bri, ni procès Haya.

Qui a dit qu’IBK n’interférait pas dans les décisions judiciaires ?  .

 

Mohamed Ag Aliou 

Source: Nouvelle Libération

MaliwebCrise malienne
Est-on en train de chercher une solution extra-judiciaire à l’embarrassant « Cas-Capitaine Sanogo » ? On dirait bien oui ! En tout cas, certains signes indiquent des actions de ce genre. Il a fait ses bagages pour rentrer de Sélingué, son procès a été reporté sinedie et son entourage est très confiant au...