C’est l’affaire qui défraie la chronique à Kangaba et elle concerne Danga, un village d’orpaillage traditionnel par excellence situé dans la commune rurale de Nouga, non loin de la frontière guinéenne. Dans ce village, le climat est pesant et la tension persistante.

exploitation minière orpaillage mali

 

Le maire et le sous préfet confirment que les malentendus ont commencé avec l’installation d’une coopérative à la place d’un groupement caractérisé par une gestion calamiteuse gestion. En effet, ce groupement chargé du recouvrement de l’argent auprès des exploitants des placers pour le développement du village, a travaillé des années durant sans rendre de compte. L’explosion des activités d’orpaillage ces dernières années, a incité les jeunes à créer une coopérative qui s’occupera désormais du recouvrement et du développement de Danga.

Après une année de gestion, la coopérative a présenté son bilan. Son président, Balla Magassouba dit Djo Balla, a organisé à la demande du chef de village et dans le vestibule de celui-ci, une rencontre au cours de laquelle il présenta son bilan. C’était en présence du conseil de village et des représentants de l’ancienne équipe venus en très grand nombre.

La coopérative n’a pas chômé. Elle a, entre autres, construit un centre d’accueil de 14 chambres, réhabilité la cité des enseignants et acheté deux tracteurs. En outre, la coopérative a présenté à l’assistance ce qu’elle possédait en caisse : plus de 6 millions Fcfa et plus de 600 grammes d’or.

Alors que le chef de village s’apprêtait à remercier les uns et les autres, les membres de l’ancienne équipe ont semé la pagaille dans le vestibule et ses membres se sont emparés de l’argent et de l’or avant de disparaitre.

Sans perdre de temps, le président de la coopérative alertera les autorités administratives et judiciaires du cercle. Après des enquêtes menées par les éléments de la brigade de gendarmerie, des arrestations ont été effectuées. Quelques jours plus tard, les personnes arrêtées furent libérées sans jugement. Cet élargissement a surpris tout le monde. Le président de la coopérative assure que ceux qui ont ainsi été libérés, ont continué à faire de la provocation et occasionné des affrontements entre les deux clans, faisant des blessés.

Suite à ces affrontements, les partisans de la coopérative, convoqués par le juge de paix de Kangaba, Amadou Diallo, refusèrent de répondre à la convocation. Les habitants des communes voisines de Nouga et Kaniogo ont alors projeter d’organiser une marche pacifique à Kangaba pour protester contre le juge. Le préfet du cercle a obtenu l’annulation de cette manifestation qui aurait coïncidé avec la période de la campagne pour les législatives.

Selon le juge, l’ordre a été donné au commandant de brigade de la gendarmerie d’amener les personnes qui ont refusé d’obtempérer à sa convocation.

Interrogés sur leur refus de se présenter devant le juge, les jeunes de la coopérative ont indiqué que le magistrat avait fait libérer les principaux suspects de l’affaire. Il faut, réclament-ils, un jugement équitable.

L’affaire n’oppose pas seulement des habitants de Danga, elle a aussi occasionné un désaccord total entre l’administration, la justice et la brigade de gendarmerie de Kangaba. La situation est donc explosive et place aujourd’hui devant leurs responsabilités le juge et le commandant de brigade garant de la justice et de l’ordre dans la zone.

S. DOUMBIA

AMAP -Kangaba

MALIACTUCrise malienne
C’est l’affaire qui défraie la chronique à Kangaba et elle concerne Danga, un village d’orpaillage traditionnel par excellence situé dans la commune rurale de Nouga, non loin de la frontière guinéenne. Dans ce village, le climat est pesant et la tension persistante.   Le maire et le sous préfet confirment que...