Après les malheureux incidents survenus le 6 mai dernier à Kourémalé entre guinéens et maliens, c’est une méfiance totale qui s’est désormais s’installée entre ces deux communautés. Ce mardi 15 mai 2018, les conducteurs de taxi-motos de Kourémalé-Guinée ont eu du mal à franchir la barrière pour se rendre à Kourémalé-Mali. Car, l’accès a été interdit aux guinéens.

Selon nos informations, c’est la vivacité de l’autorité locale de la place qui a permis d’éviter de nouveaux dégâts. A en croire aux nombreuses sources, malgré les multiples interventions de part et d’autre, ces deux populations frontalières vivent dans le doute.

‘’Depuis les précédents affrontements entre les deux communautés, les maliens ont confisqué cinq (5) motos dans les mains des guinéens. Ce qui veut dire que les choses ne sont encore terminées contrairement à ce qu’on dit parce que les motos des guinéens sont toujours confisquées’’, nous a expliqué Seydou Simagan, président du bureau des conducteurs de taxi-motos guinéens à Kourémalé.

De son côté, le président du district de Kourémalé-Guinée, Badamako Adama Keita a prodigué d’utiles conseils en ces termes : ‘’Si quelqu’un dit qu’il ne veut plus te voir dans un endroit, mais fait tout pour éviter cet endroit. Je demande à mes frères sœurs Guinéens de faire beaucoup attention aux Maliens’’, conseil-t-il.

Aux dernières nouvelles, le préfet de Siguiri, El hadj Ibrahima Kalil Keita a convoqué une réunion d’urgence ce jeudi 17 mai 2018, au cours de laquelle l’invite a été faite aux autorités locales et administratives de prendre des dispositions concrètes afin d’éviter d’éventuelles tensions entre les deux communautés sœurs.

 

Source: Koulouba.com

MaliwebCrise malienne
Après les malheureux incidents survenus le 6 mai dernier à Kourémalé entre guinéens et maliens, c’est une méfiance totale qui s’est désormais s’installée entre ces deux communautés. Ce mardi 15 mai 2018, les conducteurs de taxi-motos de Kourémalé-Guinée ont eu du mal à franchir la barrière pour se rendre...