En France, la Cour des comptes a rendu public mardi 12 mars son rapport sur l’externalisation du soutien aux forces en opérations extérieures. Au Sahel, le tableau dressé par la Cour des comptes et présenté mardi à la commission des finances de l’Assemblée nationale n’est pas brillant.

En France, la Cour des comptes a communiqué son rapport sur l’externalisation du soutien aux forces en opérations extérieures. Entre 2014 et 2017, 861 millions d’euros ont ainsi été versés à des sociétés de service plus ou moins fiables pour couvrir l’ensemble des besoins de l’armée en matière de transport et de soutien lorsque les soldats français sont en mission à l’étranger.

Au Sahel, Barkhane veut maintenir la pression sur les groupes jihadistes

Au Sahel, le tableau dressé par la Cour des comptes et présenté mardi 12 mars à la commission des finances de l’Assemblée nationale n’est pas brillant :  les experts notent des anomalies inquiétantes dans la manière de passer les contrats localement, mais évoquent aussi des manquements à la sécurité, particulièrement en ce qui concerne les affrètements d’avions cargos et d’hélicoptères utilisés au Mali.

Chaque jour, des avions loués par le ministère des Armées sont employés sur les théâtres d’opérations en Afrique sahélienne. Cela va du transport VIP jusqu’au vol. Ce sont des cargos employés pour ravitailler les bases ou durant les relèves, souvent d’anciens avions d’origine soviétique qui coûtent moins cher à l’heure de vol que leurs équivalents occidentaux. Exemple cité dans le rapport : un Antonov 32 qui effectue en moyenne 24 allers-retours par mois au départ de la base de Gao.

Ces marchés au sein de la bande sahélo-saharienne ont représenté seulement 70 millions d’euros en 2015-2017, mais ils soulèvent beaucoup de questions. La Cour souligne qu’ils reviennent à une poignée d’entreprises : le courtier ICS, le canadien Lavalin, le français Dynami Aviation et la société Daher.

La Cour dénonce un climat délétère entre les prestataires

L’armée française, explique la Cour des comptes, doit trouver des avions disponibles sur place, dans un contexte de forte concurrence avec d’autres utilisateurs, des agences internationales ou des ONG également présentes en Afrique. La Cour dénonce un climat délétère entre les prestataires, des anomalies dans la passation et l’exécution des contrats, une traçabilité défaillante dans les paiements effectués par l’armée.

Plus grave, les sages évoquent aussi des problèmes de confidentialité et des inquiétudes quant à la sécurité des vols ayant conduit par exemple à clouer au sol un hélicoptère privé employé occasionnellement par Barkhane à Gao.

Fin 2018, le ministère des Armées appelait à davantage de contrôle sur les affrètements au Sahel, mais au moins trois accidents dont un mortel avaient frappé la flotte utilisée par Barkhane.

→Pour lire le rapport de la Cour des comptes – « L’externalisation du soutien aux forces en opérations extérieures »: Cliquez ici 

 

RFI

MaliwebAfriqueCrise malienne
En France, la Cour des comptes a rendu public mardi 12 mars son rapport sur l'externalisation du soutien aux forces en opérations extérieures. Au Sahel, le tableau dressé par la Cour des comptes et présenté mardi à la commission des finances de l'Assemblée nationale n'est pas brillant. En France, la...