Chassée du Mali par la junte au pouvoir, la France n’est toujours pas contente. Toutes les occasions sont propices pour agresser une fois de plus Assimi Goïta et ses hommes. C’est le cas de la Ministre française de l’Europe et des affaires étrangères, Catherine Colonna de s’exprimer devant les ambassadeurs français accrédités dans différents pays africains.

Le gouvernement français digère très mal le fait que ses soldats aient été chassés du Mali. Après des départs progressifs, c’est finalement le 15 août, après 9 ans de lutte contre les djihadistes, avec un cœur gros que la France a quitté définitivement le territoire malien. Parce qu’Assimi Goïta et ses hommes se sont depuis tournés vers la Russie pour le soutien militaire. D’ailleurs, l’Elysée ou la Maison Blanche accusent le Mali de s’être entiché du groupe Wagner, considéré comme une entreprise de mercenaires.

 

De fait, la France ne rate pas d’occasion pour lancer des piques aux autorités maliennes. Pour ce faire, devant les ambassadeurs français de différents pays africains, la Ministre de l’Europe et des affaires étrangères française, Catherine Colonna a encore chargé le pouvoir malien incapable, selon elle, d’endiguer la menace terroriste qui essaime désormais dans tout le Mali.Au Mali, nous voyons progresser les groupes terroristes armés dans tout le pays, les Maliens déplacés par milliers. Le régime, auteur d’un double coup d’Etat, s’en prend un jour au Danemark, le lendemain à la Côte d’Ivoire, et toujours à la France, pour tenter de faire oublier qu’il navigue à vue, d’échec en échec, attelé à un groupe de mercenaires russes

, dit-elle.

De nouvelles concurrences se manifestent, certaines de façon agressive ou sans scrupule. Il faut démonter les manipulations et couper court aux mensonges, il faut aussi reprendre la maîtrise de notre propre récit, de notre image

Les relations entre les deux pays sont donc loin d’être apaisées et les passes d’arme de ce genre montrent les routes diamétralement opposées que ces deux pays ont pris quant à la résolution de la problématique djihadiste au Mali.

 

Source: radarpress.net