Le chef de la junte militaire du Mali, le colonel Assimi Goita, appelle les dirigeants ouest-africains à lever les sanctions économiques imposées après le coup d’État du mois dernier, suite à la nomination d’un président civil intérimaire.

Lundi, les dirigeants militaires du Mali ont nommé un ancien ministre de la défense, Bah N’daw, à la présidence d’un gouvernement de transition qui doit ramener le pays à un régime civil dans 18 mois. Il prêtera serment vendredi.

S’exprimant lors d’une cérémonie marquant le 60ème anniversaire de l’indépendance du Mali de la France, le colonel Goita – qui sera vice-président du gouvernement de transition – appelle à soutenir les troupes françaises et des Nations unies dans ce pays d’Afrique occidentale.

Leur présence au Mali – pour aider à la lutte contre les djihadistes – a souvent alimenté la controverse dans le pays.

L’Union africaine (UA) et la CEDEAO avait demandé à la junte militaire au Mali de nommer rapidement des dirigeants civils pour gérer une transition de 18 mois vers des élections après le coup d’État du mois dernier.

Le commissaire à la paix et à la sécurité de l’UA, Smail Chergui, a appelé à un retour à l’ordre constitutionnel.

BBC

MaliwebCrise malienne
Le chef de la junte militaire du Mali, le colonel Assimi Goita, appelle les dirigeants ouest-africains à lever les sanctions économiques imposées après le coup d'État du mois dernier, suite à la nomination d'un président civil intérimaire. Lundi, les dirigeants militaires du Mali ont nommé un ancien ministre de la...