Nous parlions des rebelles qui, pour moi, continuent de faire la pluie et le beau temps alors que les 77℅ attendaient, tout bonnement, qu’on les mate proprement. Qu’il est loin le temps où, Impitoyable Premier, à peine élu et déjà malmené par lesdits rebelles, bombait la poitrine, néanmoins, pour déclarer ne jamais vouloir s’asseoir à la même table qu’un rebelle voire de discuter, d’égal à égal, avec lui. Car, lui, il est Chef d’État. Il avait déjà oublié que des rebelles siégeaient et siègent encore à l’AN sur des listes RPM. Mais oublions tout cela et intéressons-nous à une interview d’un ancien ministre devenu chef rebelle et qui déclarait, solennellement, que Paris et son poulain candidat avaient promis l’autonomie au MNLA sur ses terres imaginaires à savoir le fameux “Azawad”. Faire fi de cette déclaration fracassante, c’est refuser de comprendre ce qui se passe, actuellement, dans le Nord du Mali. Mon cher pays le Mali, après la mort des soldats français, américains, les allemands, (les guinéens, les tchadiens, etc.). Au lieu d’aller bombarder les rebelles, c’est plutôt l’ORTM qui bombarde les Maliens avec les images de ces engins si fragiles et si vulnérables au-dessus d’un désert que personne, pour le moment, ne contrôle mieux que les rebelles et leurs alliés. Source : Touré.

Magic System exagère

mamadou diarrassouba referendum revision constitutionnelle oui ansonna rpm cmp cma mnla

Le groupe Magic system, à travers l’agence Sesame Mali dirigée par l’ancien ministre Adama Diarra, a contacté le ministère malien de l’Environnement au mois d’août afin d’organiser des activités environnementales parallèles pendant son concert au Mali. C’est sur la base des termes de référence que Magic System a accepté de mener ces activités. À la dernière minute, ils ont tout changé. Une fois à Bamako, les chanteurs ivoiriens ne voulaient plus se plier aux activités qu’eux-mêmes avaient sollicitées. Il a fallu l’insistance d’Asalfo pour qu’ils puissent aller sur le terrain, alors que le ministre les attendait pendant 3 heures. Pour ce qui est de la soirée, nuit des Initiatives Vertes, Magic System l’a boycottée. Le groupe qui était logé à l’hôtel Radisson (lieu de la soirée), malgré la présence de 7 ministres y compris celle de la culture,  n’est pas descendu même pour s’excuser. Ils ont «plaqué» les fans et tous les ministres de la République. Ce programme a été intégralement financé pour faire plaisir à nos hôtes, à leur propre demande. La soirée en question a été sauvée par l’artiste Astou Niamé qui a rendu très agréable la partie. Si Magic System a boudé nos 7 ministres, ils ont par contre été reçus par le président IBK au palais de Koulouba. Sans aucun retard.

 

À éviter

N’achetez plus jamais des portables d’occasion. Des gens ont passé des jours en taule pour avoir innocemment acheté des portables volés lors de braquages ou de cambriolages. Ne recevez plus jamais en cadeau de quiconque un portable déjà utilisé. J’ai vu une fille gardée à vue pendant 3 jours parce que son gars lui avait offert un portable volé. Heureusement pour elle, le gars en question a pu être retrouvé. N’acceptez plus les téléphones que vos parents vous envoient d’Europe ou des USA. J’ai vu quelqu’un traquer par la CIA et le FBI parce que son frère lui avait envoyé des USA un phone jadis utilisé par un terroriste. Quand vous achetez un portable neuf, assurez-vous que l’IMEI porté sur votre facture est bien celui du téléphone et celui qui est sur le carton d’emballage qui vous est remis. Si votre phone se décharge, ne mettez pas votre SIM dans le téléphone d’autrui pour passer un appel. Si c’était un phone volé, vous serez interpellé par la police du seul fait que votre SIM a transité par ce phone. Si vous retrouvez un phone dans la rue, ne mettez jamais votre SIM dedans pour passer le moindre appel. N’achetez plus les SIM qu’on vous dit déjà enregistrées. Ces SIM sont souvent enregistrées au nom de gens que vous ignorez et la police peut vous prendre à leur place en cas de problème. Que chacun s’assure que la SIM qu’il utilise est bien enregistrée en son nom au niveau des réseaux GSM. Sinon, vos proches, vos amis, vos familles seront interpellés à partir de vos appels sur cette SIM pour aider la police à remonter au propriétaire de la SIM avant qu’on ne se rende compte que ce n’est pas vous le propriétaire, mais que la SIM est enregistrée au nom d’une autre personne. La technologie a évolué et tous les phones, même les chinois de 5000 FCFA, sont traçables, même si vous changez de SIM. Et la loi oblige les réseaux GSM à communiquer à la police toutes les infos requises dans le cadre d’une enquête. Et je vous assure que les GSM ont toutes les infos y compris les lieux d’où nous passons et recevons chacun de nos appels et messages.

Les balivernes de Boulkassoum Haïdara

Le samedi 7 octobre 2017, l’hôtel Radisson a abrité le lancement du livre «IBK, un Destin d’exception». Cette cérémonie a permis à beaucoup de cadres du camp présidentiel de se faire voir afin de garder leur poste. Ils ont aussi dit beaucoup de balivernes et d’inepties. La presse en a tellement eu pour son compte qu’elle n’a pas voulu poser de questions sur le livre exceptionnel. Occasion pour le vieux Boulkassoum Haïdara, qui est à l’âge de la béquille, de dire beaucoup de contrevérités sur le parcours d’IBK. Excellent au lycée, séjour difficile à Paris en tant qu’étudiant, militant de premières heures de l’Adema. Boulkassoum dit qu’IBK voulait vendre sa maison de Sébénicoro pour renflouer les caisses de l’Adéma en 1992. Monsieur Haïdara, IBK n’avait pas de maison à Sébénicoro, en 1992, peut-être une parcelle héritée de son père. Thierno Oumar Hass Diallo, la honte, a eu le culot de dire que malgré son état d’albinisme, IBK l’a nommé ministre. Le comble, c’est que Thierno a oublié que sous Alpha, il était directeur de la Pyramide du Souvenir. Il a été maintenu à ce poste par ATT avant que ce dernier ne l’envoie à l’ambassade du Mali à Bruxelles ; poste à partir duquel il a été nommé ministre. Ce qui fut même du bon «débarras sans regret» pour ses collègues de cette représentation diplomatique. Et oui, IBK a un destin exceptionnel parce que personne ne l’a vu faire des éloges comme nos griots de circonstance.

Le cancer est curable

Dans un débat sur la santé entre professionnels, nous avons tendu nos oreilles. Car on disait que personne ne devrait plus mourir de cancer. Le premier groupe de Toubibs soutient que la première étape consiste à arrêter toute consommation de sucre ; sans sucre dans votre corps, le cancer mourrait d’une mort naturelle. Les cellules cancéreuses ne se nourrissent que du sucre à partir des hydrates de carbone. Deuxième étape, mélangez un fruit de citron entier avec une tasse d’eau et buvez pendant environ 1 à 3 mois avant que les aliments et le cancer ne disparaissent. Les recherches du Maryland College of Medicine indiquent que c’est 1000 fois meilleur que la chimiothérapie. Troisièmement, boire 3 cuillères à soupe d’huile de noix de coco organique, matin et soir, et le cancer disparaîtrait, vous pouvez choisir l’une des deux thérapies après avoir évité le sucre. L’ignorance n’est pas une excuse. Que tout le monde autour de vous le sache, c’est un sacrilège pour tous ceux qui souffrent aujourd’hui de cancer. Parce que la chimiothérapie est une arnaque médicale, cela n’est pas la solution au cancer ! Parole de spécialistes.

La Part du Niger

Au Niger le bilan de l’embuscade de TongoTongo est évalué à : 4 soldats  américains tués et 2 blessés ; côté nigérien 4 morts et 8 blessés. Après les fouilles, le quatrième corps a été retrouvé non loin du lieu de l’attaque. Selon le maire de la ville, le premier bilan fait état de 05 soldats nigériens tués et plusieurs portés disparus, mais il a refusé de donner des précisions sur les victimes américaines dans la région de Tillabéri. AFRICOM (Commandement des États-Unis pour l’Afrique) confirme l’attaque de TongoTongo dans la région de Tillabéri, sans donner plus de détails. Pour rappel, depuis mars, une unité française de 50 à 80 hommes est active dans la région de Tillabéri pour épauler les militaires nigériens dans leur lutte contre le terrorisme. Ces soldats étaient à la recherche des assaillants qui avaient attaqué le village de Tongo Tongo. Mais, malheureusement, ils sont tombés dans une embuscade tendue par ceux qu’ils cherchaient. Les assaillants sont repartis avec certains soldats nigériens et du matériel. Après leur forfait, ils ont disparu dans la nature.

Trop de morts

39 soldats maliens tués de la mi-juillet à septembre contre 33 d’avril à juin. C’est ce qui ressort du rapport du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. Il a indiqué que «39 soldats maliens ont été tués et 44 blessés de la mi-juillet à septembre contre 33 d’avril à juin» ajoutant que «les conditions de sécurité se sont sensiblement dégradées». Selon lui, des 75 attaques menées par les groupes «extrémistes violents et les terroristes», de mi-juillet à septembre, 44 ont visé les Forces de défense et de sécurité maliennes, 21 la Minusma  et 10 la  Force Barkhane contre 23 visant les Forces de défense et de sécurité maliennes, 11 la Minusma et 3 Barkhane d’avril à juin, précise le rapport. Guterres a indiqué que 15 personnes (appartenant ou attachées à la Minusma) dont six soldats de la paix, un membre du personnel civil et huit contractants ont été tuées et 34 autres blessées. Aucun mort chez les forces internationales au Mali en avril. Concernant les forces internationales, «il n’y a eu aucun mort parmi les soldats  français, mais 17 ont été blessés, contre deux durant le mois d’avril à juin», poursuit le rapport. «La plupart des attaques asymétriques ont été revendiquées par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans d’Iyad Ag Ghaly», ajoute le responsable onusien. M. Guterres a déploré que «presqu’aucun progrès n’a été réalisé dans l’application de l’Accord de paix et de réconciliation au Mali, alors que le pays entre dans une période électorale intense, s’achevant avec une  présidentielle en 2018».

 

Le Mali a payé

Contrairement à certaines informations, les nouvelles acquisitions de l’armée de l’air ont été payées par le Mali : 02 hélicoptères de combat de fabrication russe. Une Caza pour le transport des troupes. Le fonds a été mobilisé au moment où Mamadou Igor Diarra était ministre de l’Economie et des Finances et Tiéman Hubert ministre de la Défense et des Anciens combattants. Le Mi_35M, contrairement aux différentes versions de son prédécesseur le Mi_24, est doté de moteurs VK_2500 plus puissants, dispose de pales en stratifié verre résiné, d’un rotor principal et d’une hélice de queue en forme de X. Les traits distinctifs du nouvel hélicoptère sont ses ailes raccourcies (comme sur les anciennes versions du Mi-24) et un châssis non rétractable. L’hélicoptère Mi35M, une version modernisée de l’hélicoptère Mi35, est le seul hélicoptère de combat au monde capable d’accomplir des missions de débarquement, de transport et des missions sanitaires de jour comme de nuit. L’hélicoptère blindé est doté de 16 missiles supersoniques antichars, de missiles non-guidés de 80 et de 122 mm, d’un canon de 23 mm, et peut transporter huit parachutistes, quatre blessés ou 1,5 t de fret. «La Russie n’a pas offert d’hélicoptères au Mali, le Mali les ont achetés. L’achat de ces hélicoptères a été entièrement financé par le budget national, ce n’est ni un cadeau ni un don», dit-on du côté du gouvernement malien.

Politisation de l’école

L’école malienne, depuis l’avènement de la démocratie, est devenue le champ d’expérimentation de toutes sortes de politiques et méthodes d’études. En plus, c’est aussi le lieu où on assiste à toutes sortes de revendications syndicales, prises en otages de notes des élèves par les syndicats d’enseignants, des revendications d’augmentation des notes de la part des apprenants. L’AEEM a été à la merci des différents régimes avec des secrétaires généraux élus par les pouvoirs. De nos jours, IBK et son régime, en manque d’idées, se rabattent sur l’école, avec des cahiers à l’effigie du président IBK, de Karim Keita et du député Moussa Tembiné. Autrefois, les élèves apprenaient sur la couverture des cahiers la table de multiplication, les figures géométriques, les 26 lettres de l’alphabet, les pays et leurs capitales, etc. Mais depuis deux à trois ans, les enfants cherchent à savoir qui est Moussa Timbiné, qui est Karim Kéita, etc. L’administration scolaire doit interdire l’usage de ces cahiers par les élèves, si elle n’en est pas complice.

 

Reporter

MaliwebCrise malienne
Nous parlions des rebelles qui, pour moi, continuent de faire la pluie et le beau temps alors que les 77℅ attendaient, tout bonnement, qu’on les mate proprement. Qu’il est loin le temps où, Impitoyable Premier, à peine élu et déjà malmené par lesdits rebelles, bombait la poitrine, néanmoins, pour...