ll faut comprendre que l’envoi des troupes françaises au sol n’a jamais été le premier choix des autorités maliennes qui ont demandé clairement des armes, la formation ,la couverture aérienne et les renseignements. C’est par dépit qu’elles ont accepté les troupes au sol.

L’échec contrairement à la victoire a peu de parents dit un adage de chez nous.

L’échec conduit toujours aussi à des dissensions entre partenaires. Si l’intervention Française avait été une grande réussite par rapport aux objectifs initiaux croyez-moi le Mali n’aurait jamais cherché des alternatives.

Aucun pays ne peut rester insensible à la mort en grand nombre de ses populations civiles innocentes.

La recherche de nouveaux alliés pour gagner cette sale guerre n’est qu’à la hauteur de l’urgence et de l’importance des attentes des maliens face à la dégradation de la situation sécuritaire. Le fait de vouloir prendre ou reprendre son destin en main pour sécuriser les maliens doit être salué par les pays amis car en définitive c’est la seule solution durable. L’aide attendue de la France, de la Russie ou de tout autre partenaire ne devra plus être que complémentaire aux efforts des maliens. Elle doit servir à combler nos points faibles et à renforcer nos points forts. Le choix de la stratégie doit nous revenir pour s’assurer de son appropriation par nous.

Ceux qui ont choisi d’ignorer nos demandes en armements , en équipements y compris en équipements aériens pour renforcer la mobilité et la rapidité de nos forces sont les seuls responsables du recours actuel aux partenaires Russes qui ont une offre plus conforme à nos besoins et à notre souci d’indépendance durable.

Le Mali pour gagner cette guerre prône le respect et la reconnaissance pour tous ses partenaires . Ceux avec qui des confusions et incompréhensions semblent exister doivent noter que le dialogue restera toujours ouvert car les maliens sont conscients que face au terrorisme nous aurons toujours plus de raisons de nous unir que de nous quitter.

H. Niang

MaliwebCrise malienne
ll faut comprendre que l’envoi des troupes françaises au sol n’a jamais été le premier choix des autorités maliennes qui ont demandé clairement des armes, la formation ,la couverture aérienne et les renseignements. C’est par dépit qu’elles ont accepté les troupes au sol. L’échec contrairement à la victoire a peu...