Chers Camarades, Chers amis,

La situation du Mali est très préoccupante, si nous ne prenions garde, nous risquons de précipiter les choses vers les ténèbres de l’obscurantisme moyenâgeux à cause de notre silence coupable.

Peuple du Mali ! Ce peuple vaillant a perdu toute confiance en la gouvernance actuelle du pays. Si je parle de gouvernance, il ne s’agit pas seulement de ceux qui sont au pouvoir, mais aussi de ceux qui les regardent faire et de ceux qui se laissent faire.

Le leadership, la vision, la morale, le patriotisme sont devenus un lointain souvenir d’un passé glorifié.

Nous constatons avec amertume que le silence coupable des vrais patriotes ouvre grandement la voie à la destruction des édifices de ce pays par l’incompétence d’une minorité arrivée au pouvoir à travers des systèmes d’élection dont les principes sont méconnus par le peuple. Sinon comment comprendre qu’un Président puisse être élu par 1a voix de 11% de la population totale et de 22% de la population en âge de voter.

La faiblesse de l’État rend certains hommes politiques, religieux, leaders d’opinion plus forts que le système étatique. Leurs voix sont plus dominantes que les lois de la République. Le système judiciaire se courbe en face d’eux ; ce qui pousse inéluctablement une frange de la population à se détourner de la loi républicaine afin de trouver des refuges et protection sous d’autres systèmes qui leur procurent sécurité et justice, en dehors de tout contrôle, c’est-à-dire l’exploitation humaine, l’esclavage moderne, le terrorisme, le narcotrafic.

Le spectre de la disparition de la Nation n’est plus loin. Il est l’apanage de l’intolérance, la haine et le mépris des uns envers les autres.

Le Mali des Soni Ali Ber, Firhoun, Naré Famankan, Soundjata, Binton, Tièba, Babemba, El hadji Oumar Tall, Amadou Tall et j’en passe… n’est que l’ombre de lui-même.

Nous avons laissé installer dans nos cœurs le spectre de la division. Hier, c’était Aguelhok, Tessalit, Kidal, Ménaka, Tombouctou, Gao, Douentza, Kona. Aujourd’hui, c’est Téninkou, Nampala, Nara, Koury, Gossi,  Dioura, Ogossabou, Soubane Da….. Et demain à qui le tour ?

La gouvernance actuelle a sacrifié notre pays sur l’autel de l’indignité, le déshonneur et de l’injustice. La gloire, la fierté, l’honneur, le courage sont devenus des lointains souvenirs d’un passé magnifié. Les fleurs ont cessé de faner, le sang des innocents coule tous les jours au nord et au centre du pays et la peur s’empare du sud. Ô !  Pourquoi autant de pleures, autant de familles déchirées, autant de veuves, autant d’orphelins, nous qui avons pensé en se taisant que le Mali ne connaitra pas la couleur de son linceul car, nous avions eu confiance au système de la République. Le silence coupable du peuple donne de la douceur à la mort programmée de notre pays.

Peuple du Mali, comment pourrions-nous être fiers d’un passé glorieux quand nous avons un présent désastreux et un avenir incertain. Nous devrons arrêter d’être spectateurs de nos destins, mais acteurs de notre devenir.

Les récents évènements nous interpellent tous et nous informent que les démons de la division ne sont pas loin ; ils soufflent sur les braises pour enflammer nos cœurs vers notre propre extinction.

Le Mali des Siramory Diabaté, des Lamissa Bangaly, des Bazoumana Cissoko uni dans la diversité et dans la pluralité ethnique, laisse peu à peu de la place à la dislocation de ces valeurs ancestrales, le mépris et la peur du voisin.

Aujourd’hui, nous sommes dans l’impasse et seule inaction est notre ennemi. Nous connaissons tous les maux qui nous gangrènent et nous empêchent de marcher tout droit vers l’honneur et la dignité.

Le cap de la gouvernance actuelle ne donne aucun espoir pour un avenir radieux. Nous devons nous battre pour retrouver notre dignité, notre cohésion, comme ce passage de notre hymne national écrit sous la plume majestueuse du compagnon de Modibo Keïta, je veux nommer Seydou Badian Kouyaté. « Si l’ennemi découvre son front au-dedans ou au-dehors, debout sur les remparts, nous sommes résolus de mourir pour l’Afrique et pour toi Mali » fin de citation.

Cette bataille pour l’Afrique et pour Mali sera menée car, disait Alpha Omar Konaré, « le Mali c’est un peu du Sénégal, du Burkina Faso, de la Mauritanie, de la Guinée, du Niger, de la Côte d’Ivoire et mais aussi de l’Algérie. Également le Mali se lit dans tous ces pays aussi. La sécurité du Mali est aussi la sécurité de tous ces voisins », fin de citation.

L’ère nouvelle a sonné, son chant retentissant d’une harmonie apaisante se fait entendre pour ceux qui ont  le Mali dans le cœur. Nous devrions avoir le Mali dans le cœur, il doit être notre priorité et non l’une  des priorités.  Le socle de la bonne gouvernance a disparu et nos repères  ne sont plus les Mamadou Konaté, Fily Dabo Sissoko, Modibo Keïta, le Général Abdoulaye Soumaré, Alioune Blondin Bèye ….

Malgré́ la gravité de la situation, nous ne devons pas tomber dans des réflexions de nature à nous décourager. Ce pays nous a tout donné alors à nous de lui montrer que nous serons à hauteur de lui retourner ce qu’il a fait pour nous. La démocratie sans justice sociale n’est que le reflet d’une domination d’une minorité orgueilleuse sur une majorité silencieuse.

 

Mais, évitons également de prendre des raccourcis en rejetant nos malheurs sur les autres. Nous ne sommes pas victimes de nos malheurs mais plutôt responsables de nos sorts. Notre combat d’aujourd’hui est clair et net, il ne s’agit ni de ma personne ni d’autrui, mais simplement du Mali. Il faut que nous sortions de cette division partisane. Oui, le pays est touché mais il n’est pas à terre ! Il souffre de tous les maux imaginables :

 

  • Une justice à double vitesse ;
  • une armée mal au point ;
  • un système hospitalier frôlant avec l’inacceptable ;
  • un système éducatif quasi inexistant ;
  • une jeunesse sans repère ;
  • une culture assimilée ;
  • une foi bridée avec le confort et l’inégalité.

 

Et dans tout ça, toi et moi, qu’avons-nous fait ?  Il faut qu’il y ait ce sursaut, pas pour nous mais pour le Mali. Le mode de gouvernance actuel a atteint son seuil d’incompétence et son ignorance des vrais problèmes socio-économiques du pays. Que la classe politique opposée à la majorité sache aussi qu’elle a une grande part de responsabilité́ dans la situation actuelle car, elle a manqué de s’assumer et jouer pleinement le rôle qui leur est destiné́. Cette classe politique doit éviter toute récupération politique pour des fins inavouées et mettre le Mali devant et non après. La société́ civile, les leaders d’opinion et religieux ne doivent plus être la masse manipulable à la solde d’un camp.

 

Peuple du Mali, nous avons une chance de sauver le peu qui reste dans la cohésion, la sincérité, la transparence et dans le patriotisme.

  • Face à la corruption, montrons la transparence ;
  • face à la mauvaise gouvernance, montrons le courage et le patriotisme
  • face l’injustice sociale, montrons notre dignité et notre honneur ;
  • face à l’intolérance, montrons notre cohésion ;
  • face à l’insécurité, montrons notre vaillance ;
  • face au terrorisme et l’obscurantisme, montrons notre foi, notre culture et nos cultes ;
  • face à notre jeunesse, montrons l’espoir et l’espérance ;
  • face à la résilience de notre économie, montrons notre modèle de développement social ;

 

Je ne saurais terminer sans faire une référence à ces mots de l’hymne des pionniers du Mali : « Nous faisons ce serment, Nous ferons le Mali, Nous ferons l’Afrique ….Même s’il faut notre sang, Nous irons de l’avant, Même s’il faut notre sang, Nous irons en courant »

 

Le Mali dans le cœur et pour toujours.

 

Dramane COULIBALY

Membre du CRAN

Source: Soleil Hebdo

MaliwebCrise malienne
Chers Camarades, Chers amis, La situation du Mali est très préoccupante, si nous ne prenions garde, nous risquons de précipiter les choses vers les ténèbres de l’obscurantisme moyenâgeux à cause de notre silence coupable. Peuple du Mali ! Ce peuple vaillant a perdu toute confiance en la gouvernance actuelle du pays....