Le ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius, est arrivé jeudi 4 avril au soir à Bamako, au Mali, pour discuter avec les responsables politiques de sujets et d’autres, notamment de l’organisation des élections projetées pour juillet, ce, en dépit d’une situation sécuritaire qui reste très instable dans le Nord. Les djihadistes qui y sont, restent actifs dans certaines zones malgré l’intervention franco-africaine pour les en chasser.laurent fabius diango cissoko pm

Accompagné de son homologue Malien Tiéman Hubert Coulibaly (THC), Laurent Fabius en visite à la primature, s’est entendu inviter à un tête à tête par le Premier ministre Django Sissoko. Celui-ci voulait que cela se passe  à l’abri des yeux et des oreilles du ministre Tiéman Hubert Coulibaly, comme si, ce dernier était devenu subitement indésirable.

Une telle manière de faire, si casanière et manquant à tous égards de courtoisie et d’élégance à l’égard d’un hôte étranger, n’a pas manqué de faire réagir le ministre THC qui a décidé de tourner les talons en quittant les lieux.

Ce que n’a sans doute pas apprécié le Premier ministre Sissoko qui tente d’en faire une tarte dès le lendemain, oubliant que son geste initial n’était ni digne de son âge, ni de son rang.

Avec ses interlocuteurs, le chef de la diplomatie française a discuté d’au moins trois sujets. D’abord la situation au Nord qui n’est pas totalement stabilisé, l’organisation des élections en juillet et la réconciliation nationale.