Avec la nomination par le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) du colonel-major à la retraite Bah N’Daw, Président de la transition avec comme vice-président, le colonel Assimi GOITA, Président du CNSP, qui prêtent serment aujourd’hui même, devant la Cour suprême, il est attendu de la CEDEAO la levée immédiate de l’embargo infligé au Mali, à travers la fermeture des frontières et l’interdiction des flux financiers et bancaires, depuis le 18 août 2020.

En effet, c’est le souhait exprimé par l’ancien Président nigérian, Goodluck Jonathan, son émissaire dans la crise malienne, arrivé à Bamako, le mercredi 23 septembre 2020 pour l’évaluation de la situation.

Cette 3e visite du médiateur de la CEDEAO, en 3 mois (juillet, août et septembre) est certainement la bonne, contrairement aux deux précédentes qui ont échoué respectivement avec le M5-RFP et le CNSP.

Aussi, intervient-elle après certaines concessions faites par les responsables du CNSP : le vice-président ne remplacera pas le président de la transition en cas d’absence ou d’empêchement ; le choix du Premier ministre attribué au M5-RFP.

Ainsi, c’est à l’issue de cette évaluation du médiateur que l’embargo infligé contre le Mali par la CEDEAO sera levé ou renforcé.

Pour certains, la nomination de Bah N’Daw, un militaire de 70 ans à la retraite, présenté comme un civil, a été certes apprécié par les chefs d’Etat de la CEDEAO, mais ces derniers attendraient la suite, à savoir la nomination du Premier ministre civil pour se prononcer sur les sanctions.

C’est dire que les maliens doivent encore prendre leur mal en patience pour la levée des sanctions dont les effets se font ressentir sur tous les secteurs d’activités du Mali.

Selon certaines indiscrétions, la nomination du Premier ministre de la transition interviendra après la cérémonie d’investiture du président et du vice-président de la transition, prévue aujourd’hui, vendredi 25 septembre 2020, au Centre international de conférences de Bamako (CICB) à partir de 10 heures.

Il se murmure que le nouveau locataire de la Cité administrative est l’ancien Premier ministre d’ATT, l’inspecteur de police à la retraite Modibo Sidibé. Gageons tout simplement que la nouvelle tombe vite pour permettre au Mali de se remettre en ordre de bataille pour son développement.

Sékou CAMARA

Source: Bamakonews

MaliwebCrise malienne
Avec la nomination par le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) du colonel-major à la retraite Bah N’Daw, Président de la transition avec comme vice-président, le colonel Assimi GOITA, Président du CNSP, qui prêtent serment aujourd’hui même, devant la Cour suprême, il est attendu de la CEDEAO...