La force opérationnelle militaire G5 du Sahel, composée de cinq pays, doit faire face à des pénuries persistantes en matière de formation et d’équipement à un moment où la violence monte en flèche dans la guerre contre des groupes islamistes armés dans la région, selon un rapport publié mardi par l’ONU.


La force a été créée en 2014 pour faire face à la menace djihadiste dans la région africaine du Sahel. Elle est composée de troupes originaires du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad.

Soutenu par la France, le G5 Sahel pourrait éventuellement remplacer les soldats français de la force Barkhane, forte de 4 500 hommes, déployés dans la région du Sahel en Afrique depuis 2014.

“La situation sécuritaire continue de se dégrader dans la région du Sahel, avec des attaques de groupes terroristes contre des civils et des forces de sécurité et une violence persistante au sein des communautés”, a déclaré le rapport de l’ONU au Conseil de sécurité présenté par le secrétaire général Antonio Guterres au Conseil de sécurité.

La période couverte par le rapport, entre mai et octobre 2019, “a été marquée par une activité de faible intensité” par la force sahélienne en raison de la saison des pluies “et par l’impact de l’insuffisance persistante d’équipements et de formation dans ses opérations”, a déclaré Guterres.

“Je reste profondément préoccupé par la flambée de violence au Sahel, qui s’est étendue aux États côtiers de l’Afrique de l’Ouest, le long du golfe de Guinée”, indique le document.

“Des groupes terroristes ont renforcé leur présence dans la région du Sahel, rendant de vastes étendues de territoire instables et attisant la violence ethnique, en particulier au Burkina Faso et au Mali.”

Depuis janvier, plus de 1 500 civils ont été tués au Burkina Faso et au Mali, et plus d’un million de personnes ont été déplacées à l’intérieur des cinq pays, soit plus du double du nombre de personnes déplacées en 2018.

“Pour jouer pleinement son rôle et obtenir des résultats plus tangibles, la force commune aura besoin de plus de soutien”, a déclaré Guterres.

Les pays du Sahel ont appelé à un mandat plus fort des Nations Unies pour la force et à plus de fonds, a déclaré António Guterres.

Toutefois, les États-Unis n’ont pas apporté leur soutien aux Nations Unies, Washington préférant offrir une assistance bilatérale aux pays touchés.

RFI
MaliwebCrise malienne
La force opérationnelle militaire G5 du Sahel, composée de cinq pays, doit faire face à des pénuries persistantes en matière de formation et d'équipement à un moment où la violence monte en flèche dans la guerre contre des groupes islamistes armés dans la région, selon un rapport publié mardi...