La décision du Mali de quitter l’organisation antijihadiste du G5 Sahel est “regrettable”, a déclaré mercredi au Conseil de sécurité de l’ONU son secrétaire exécutif, Eric Tiaré, alors que le Niger considère déjà que cette instance régionale n’existe plus.

Depuis sa création, le G5 Sahel, aussi formé de la Mauritanie, du Tchad, du Burkina Faso et du Niger et dotée jusqu’à présent d’une force de 5.000 militaires, “a mené le bon combat sur ses deux fronts”, “la lutte contre le terrorisme” et “le développement socio-économique” de la région, a fait valoir le responsable. Malgré la dégradation de la situation sécuritaire, “la force a connu des succès” dans ses opérations conjointes, a insisté Eric Tiaré, en réclamant à l’ONU un plus grand soutien. “Nous lançons un appel à l’ONU pour qu’elle s’implique davantage dans le soutien au G5 Sahel”, a-t-il dit. En dépit de demandes répétées du secrétaire général des Nations unies et notamment de la France, les Etats-Unis ont toujours refusé au G5 Sahel un soutien onusien substantiel et financier de l’ensemble des 193 membres de l’ONU, lui préférant les aides bilatérales. Une position réaffirmée mercredi par Washington. Dans un entretien aux médias français La Croix et L’Obs, publié mercredi, le président nigérien Mohamed Bazoum a tiré un trait définitif sur le G5 Sahel après le retrait du Mali. “Le G5 Sahel est mort. Depuis le second coup d’Etat au Mali (en mai 2021), Bamako est dans une fuite en avant qui l’isole en Afrique et nous prive d’une stratégie concertée et coordonnée pour lutter contre le terrorisme”, a-t-il souligné. En regrettant comme d’autres membres du Conseil le départ du Mali, au “rôle moteur” dans l’organisation depuis sa création, l’ambassadeur français à l’ONU, Nicolas de Rivière, a appelé à “ne pas tirer de conclusions hâtives” sur son avenir. Il revient aux cinq Etats ayant créé le G5 Sahel de “décider ce qu’ils veulent en faire”, avait-il précisé avant la réunion à des journalistes. L’ambassadrice adjointe de la Russie à l’ONU, Anna Evstigneeva, a demandé pour sa part au G5 Sahel de “garantir une ligne autonome” de son action “sans diktat extérieur”. La junte au pouvoir au Mali, visant implicitement la France, a annoncé dimanche quitter le G5 Sahel en l’accusant d’être “instrumentalisée” par l'”extérieur”. Les cinq pays fondateurs en 2014 du G5 Sahel, aux armées sous-équipées, avaient lancé en 2017 leur force militaire conjointe alors que l’étau des jihadistes se resserrait autour d’eux. Partie du nord en 2012, les violences se sont propagées au centre, puis au Burkina Faso et au Niger, faisant des milliers de morts civils et militaires malgré la présence de forces françaises, européennes, africaines et d’une mission de Casques bleus (Minusma).

AFP
MaliwebCrise malienneMalijet
La décision du Mali de quitter l'organisation antijihadiste du G5 Sahel est 'regrettable', a déclaré mercredi au Conseil de sécurité de l'ONU son secrétaire exécutif, Eric Tiaré, alors que le Niger considère déjà que cette instance régionale n'existe plus. Depuis sa création, le G5 Sahel, aussi formé de la Mauritanie,...