Bamako, – Les pays du G5 Sahel, le Mali, le Tchad, le Burkina Faso, le Niger et la Mauritanie, ont annoncé lundi à Bamako la création d’un fonds fiduciaire pour gérer l’aide promise à leur force
conjointe antijihadiste.

Cette décision, prise lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères et de la Défense du G5 Sahel, intervient une semaine avant une nouvelle rencontre à Paris entre Etats membres et pays donateurs.

“La décision importante prise lors de cette réunion ministérielle conjointe est la création du fonds fiduciaire pour accompagner et gérer les importants fonds annoncés pour aider la force G5 dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel”, a déclaré à l’AFP le ministre malien des Affaires étrangères, Tiéman Hubert Coulibaly.

Ce fonds sera doté de deux organes, un comité de soutien et un comité de contrôle pour une “bonne gestion des fonds mis à disposition par les partenaires”, qui seront associés à la gestion “transparente des fonds, gage de réussite de la mission de lutte contre l’insécurité dans le Sahel”, a ajouté M. Coulibaly.

Son homologue burkinabè, Alpha Barry, a de son côté rappelé que 294
millions d’euros avaient déjà été promis, avant un sommet des pays
contributeurs prévu le 23 février à Bruxelles, “pour compléter les besoins
financiers”.
Après l’Union européenne qui s’est engagée pour 50 millions d’euros, outre
les 10 millions fournis par chacun des Etats membres du G5 eux-mêmes, les
États-Unis ont promis 60 millions de dollars sous forme d’aide bilatérale, et
l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis respectivement 100 et 30 millions
d’euros.
Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes
jihadistes liés à Al-Qaïda. Ces groupes ont été en grande partie chassés par
une opération militaire lancée en janvier 2013, à l’initiative de la France,
qui se poursuit.
Mais des zones entières du pays échappent encore au contrôle des forces
maliennes, françaises et de l’ONU (Minusma), régulièrement visées par des
attaques, malgré la signature en mai-juin 2015 d’un accord de paix, censé
isoler définitivement les jihadistes.
Depuis 2015, ces attaques se sont étendues au centre et au sud du Mali et
le phénomène gagne les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le
Niger.
Face à la dégradation de la situation aux confins de ces trois pays, le G5
Sahel a réactivé en 2017, avec le soutien de la France, son projet de force
conjointe antijihadiste, lancé en novembre 2015.

 

AFP

MaliwebCrise malienneminusma
Bamako, - Les pays du G5 Sahel, le Mali, le Tchad, le Burkina Faso, le Niger et la Mauritanie, ont annoncé lundi à Bamako la création d'un fonds fiduciaire pour gérer l'aide promise à leur force conjointe antijihadiste. Cette décision, prise lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères et de...