Les mouvements du 5 juin (M5 RFP) se fragilisent de plus en plus. A l’issue des concertations nationales sur la transition, une partie de la coalition rejette les conclusions des travaux lus publiquement au CICB ce 12 septembre. Un communiqué signé uniquement par Choguel Maiga de la FSD dit que « le document final lu lors de la cérémonie de clôture n’était pas conforme aux délibérations issues des travaux des différents groupes ». Le communiqué ne porte que le nom de Choguel Maiga alors que presque tous les communiqués antérieurs du M5 RFP sont signés par trois personnes dont Issa Kaou Djim de la CMAS, Cheick Oumar Sissoko de EMK et Choguel lui-même.

Dans le document à travers lequel une partie du M5 RFP rejette la délibération finale des trois jours de dialogue le groupe stipule que le document ne prend pas en compte « la reconnaissance du rôle du M5-RFP et des martyrs dans la lutte du peuple malien pour le changement, le choix majoritaire d’une transition dirigée par une personnalité civile, le choix d’un Premier ministre civil, entre autres.

Le torchon brûle

Par contre Issa Kaou Djim, coordinateur de la CMAS de l’imam Mahmoud Dicko et membre influent du M5 RFP insiste dans ces interviews qu’il « soutient l’armée » et se « reconnait dans la charte ». Ce dernier est devenu très critique des autres membres du M5 RFP qu’il qualifie « des politiciens » et se démarque de leur démarche. Membre du comité stratégique du M5 RFP, Kaou Djim a annoncé publiquement que « le M5 RFP est mort de sa plus belle mort ».

Le M5 RFP qui a voulu être les privilégiés de la junte après le coup d’Etat militaire du 18 aout dernier qui a précipité la démission de l’ancien préside Ibrahim Boubacar Keita, se retrouve divisé en son sein, après les trois jours de concertations nationales tenues à Bamako 10, 11 et 12 septembre 2020. La goutte d’eau qui a fait déborder la vase serait la distribution des cartes d’invitation pour les journées de concertations.

Un deuxième communiqué portant la signature de Choguel regrette des propos attribués à l’imam Mahmoud Dicko, autorité morale du M5 RFP par un media étranger. Au même moment des journalistes maliens s’en prennent aux responsables du M5 RFP sur les réseaux sociaux en les accusant de les négliger au profit de la presse étrangère.

Un autre fait majeur est la destitution du community manager de la page Facebook de la CMAS suite à un post qui « recadre » Issa Kaou Djim après sa déclaration relative à la « mort » du M5 RFP.

Mohamed Salaha

Source: zaharainfos

MaliwebCrise maliennemaliweb
Les mouvements du 5 juin (M5 RFP) se fragilisent de plus en plus. A l’issue des concertations nationales sur la transition, une partie de la coalition rejette les conclusions des travaux lus publiquement au CICB ce 12 septembre. Un communiqué signé uniquement par Choguel Maiga de la FSD dit que « le...