L’armée française, opérant dans l’extrême nord du Mali, reproche aux responsables sécuritaires du mouvement d’être “passifs” voire même “complices” des attaques qu’elle subit.

manifestation population civile Azawad chefs rebelle touareg mnla hcua force francaise armee soldat militaire serval barkhane

Tirs de roquettes et attaque aux engins explosifs le 4 et 8 décembre à Tessalit en plus d’une autre attaque aux IED suivie par des tirs le 11 du même mois dans la ville de Kidal. Pas de victime, mais ces trois attaques ont “particulièrement attiré l’attention” de la force Barkhane. Tant elles sont perpétuées dans la région de Kidal, toujours occupée par les ex-rebelles de la CMA.

Pour l’armée française, sans le comportement “passif voire complice” de la Coordination des mouvements de l’Azawad, groupe signataire de l’accord de paix, aucune de ces attaques n’aurait pu être menée.

Mercredi 21 décembre, lors de la réunion de la Commission technique de sécurité regroupant le gouvernement, les groupes armés signataires, la Minusma et Barkhane elle-même, les responsables de l’armée française ont même  estimé que les roquettes qui ont ciblé ses positions le 4 décembre ont été “préparées au vu des populations et des responsables sécuritaires” de la CMA.

Selon nos informations, la seconde attaque s’est produite à environ 150km d’un poste tenu par des combattants du Haut conseil pour l’unicité de l’Azawad (HCUA). Un groupe membre de la CMA dont certains lieutenants restent toujours fidèles au chef terroriste Iyad AG Ghaly. Son organisation, Ançardine, a revendiqué plusieurs attaques contre les forces internationales et maliennes.

Pour Barkhane, chaque groupe armé doit avoir la responsabilité de “sécuriser” leurs zones d’implantation. “De tenir leurs subordonnées et de livrer les auteurs de ces attaques”. Avant de préciser qu’aucun de ses actes ne restera impuni.

MaliwebCrise malienneNord-Mali
L’armée française, opérant dans l’extrême nord du Mali, reproche aux responsables sécuritaires du mouvement d’être “passifs” voire même “complices” des attaques qu’elle subit. Tirs de roquettes et attaque aux engins explosifs le 4 et 8 décembre à Tessalit en plus d’une autre attaque aux IED suivie par des tirs le...