La semaine dernière, le Danemark avait annoncé le déploiement de 91 soldats et chirurgiens sur le territoire malien, dans le cadre de la lutte contre le djihadisme. Dans un communiqué publié cette semaine, Bamako indique que ce déploiement est intervenu sans son aval.

 

Le gouvernement malien exige le retrait immédiat du contingent danois de son territoire. L’annonce a été faite par un communiqué de presse publié ce lundi 24 janvier par les autorités maliennes.

Bamako dit avoir découvert avec « étonnement » la présence d’une troupe danoise dans le pays. Ce contingent se trouve au sein de la Task Force Takuba.

« Le gouvernement souligne que ce déploiement est intervenu sans son consentement et sans considération du protocole additionnel applicable aux partenaires d’opérations européens devant intervenir au Mali, dans le cadre de la Force Takuba, lequel prévoit la conclusion d’un accord bilatéral entre la République du Mali et les pays partenaires », précise la note d’information.

C’est le mardi 18 janvier que le ministère danois de la Défense avait annoncé le déploiement d’une troupe, composée de près d’une centaine de soldats et de chirurgiens au Mali. Ils avaient pour rôle d’aider à la stabilisation de la zone des trois frontières du Liptako-Gourna, située entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso et les chirurgiens sont chargés d’apporter les soins nécessaires aux soldats de la Task Force Takuba.

Pour rappel, la Task Force Takuba a été lancée en mars 2020, lors du sommet de Pau par le chef d’Etat français Emmanuel Macron. Ce regroupement de forces spéciales de plusieurs pays de l’Union européenne, dont la République tchèque, la Suède, l’Estonie, le Danemark, l’Italie, etc. est destiné à accompagner au combat les unités maliennes. Active essentiellement dans le Liptako malien, elle totalise déjà plus d’une vingtaine de missions.

Jean-Marc Gogbeu, stagiaire

Source : Agence Ecofin

MaliwebCrise malienne
La semaine dernière, le Danemark avait annoncé le déploiement de 91 soldats et chirurgiens sur le territoire malien, dans le cadre de la lutte contre le djihadisme. Dans un communiqué publié cette semaine, Bamako indique que ce déploiement est intervenu sans son aval.   Le gouvernement malien exige le retrait immédiat...