La dernière base de barkhane doit quitter définitivement Gao ce 17 août 2022. Pour saluer ce départ dans un contexte de crise entre le Mali et l’ex-puissance coloniale, une marche a été organisée ce 14 août 2022 par les forces vives de la cité des Askia pour exiger le départ sans délai des soldats français. Une manifestation qui se veut un acte de patriotisme, d’engagement, et surtout de don de soi pour le Mali contre les forces d’occupation. Au terme du rassemblement, les manifestants donnent 72 h à la force Barkhane pour dégager. Passé ce délai, toutes les Forces étrangères dans la ville de Gao seront interdites de circulation sur les axes routiers, notamment Gao-Ansongo, Gao-Bourem, Gao-Wabaria, sans préjudice de toutes autres actions nécessaires, jusqu’à l’atteinte de l’objectif.

 

 

Cette manifestation est partie du rond-point des martyrs pour prendre fin devant le gouvernorat de la ville, environ un Km.

L’objectif de cette marche, selon ses initiateurs, était de rendre hommage aux victimes civiles et militaires des événements survenus à Tessit (Ansongo) le 7 août 2022 et soutenir les efforts des autorités de la transition. Il s’agissait aussi et surtout de demander le départ immédiat de la force française Barkhane soupçonnée d’être derrière la recrudescence des attaques terroristes dans notre pays de manière générale, et dans le nord du pays en particulier.

Selon Abdoul Karim SAMBA qui a lu la déclaration, à l’allure où vont les choses, la date de départ de cette force d’occupation risque d’être prolongée sans l’accord des autorités nationales. Ce qui n’est pas de l’avis de la population de Gao qui voit en la présence de Barkhane une menace pour leur sécurité dans la zone.

Dans la déclaration remise au directeur de cabinet du gouverneur de Gao, Aghaly Ag Inamoud YATTARA, les manifestants ont dénoncé ce qu’ils qualifient d’échec de la politique coloniale française au Mali.  Ils dénoncent une forte implication des Forces françaises dans les attaques terroristes dans la région des trois frontières, notamment à Tessit.

Pour dénoncer cette attitude, les forces vives de la ville de Gao décident d’organiser une série de manifestations contre la présence des Forces françaises de Barkhane dans les villes de Gao et d’Ansongo ; de dénoncer l’attitude de la Force française Barkhane qui apparaît comme le véritable parrain des Terroristes au Mali.

Ci-contre l’intégralité de cette déclaration.

DECLARATION DES FORCES VIVES DE GAO POUR LE DEPART DEFINITIF DE LA FORCE FRANCAISE BARKHANE

-Considérant que depuis la libération des zones du Nord du Mali en janvier 2013, la région de Gao vit dans une spirale de violence et de grande incertitude, avec son lot d’assassinats ciblés, d’enlèvements de personne, de véhicules, des troupeaux de bétail avec payement de rançons et de taxes illégales, des scènes de braquage à l’intérieur des villes comme sur les axes routiers interurbains ;

– Considérant l’échec de la politique pratiquée par les Autorités françaises à aider le Mali dans la lutte contre le terrorisme et le recouvrement de l’intégrité du territoire national ;

-Considérant la décision unilatérale des Autorités françaises de rompre les accords de défense avec le Mali et d’abandonner sans préavis des positions et des emprises stratégiques dans certaines de nos régions dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ;

-Considérant que depuis plusieurs mois les Autorités françaises, dans une campagne de déstabilisation systématique, profèrent des injures et des actes de dénigrement contre les Autorités et le Peuple maliens tout en posant des actes de sabotage contre les efforts de reconquête de notre indépendance et de notre souveraineté ;

-Considérant que la Force française Barkhane, dans sa mission paternaliste et néocolonialiste, mène et tente de mener une campagne et de désinformation auprès des organismes internationaux, mais également de mener une campagne d’intoxication et de division entre les organisations et mouvements de la société civile et au sein de toute la population de la région de Gao ;

-Considérant la volonté affirmée des Autorités maliennes pour défendre la souveraineté nationale et l’intégrité du territoire du Mali et assurer la sécurité des citoyens et de leurs biens ;

-Considérant les efforts des Autorités de Transition du Mali de renforcer les moyens humains et matériels des Forces de défense et de sécurité maliennes ;

-Considérant l’exigence des Autorités maliennes adressées aux Autorités françaises de mettre fin, sans délai, à leur présence de la Force Barkhane sur l’ensemble du territoire national ;

-Considérant le retard pris et la mauvaise foi des Forces françaises de Barkhane à continuer d’occuper la base militaire de l’Aéroport de Gao ;

-Considérant la persistance de l’insécurité sur les axes routiers, notamment sur la route Gao-Sévaré, devenue l’une de routes les plus dangereuses comme l’atteste les récentes ignominies portant incendie d’une vingtaine de camions lâchement brûlés ;

– Considérant que les Forces françaises continuent d’entretenir et d’appuyer les Forces terroristes, notamment dans les zones de Ménaka, d’Ansongo et de Gao ;

-Considérant la forte implication des Forces françaises dans les attaques terroristes dans la région des trois frontières, notamment dans les dernières à Tessit ;

Nous, Forces vives de la Ville de Gao, nous inclinant sur la mémoire des toutes victimes civiles et militaires de cette situation d’insécurité généralisée, avons décidé :

-d’organiser une série de manifestations contre la présence des Forces françaises de Barkhane dans les villes de Gao et d’Ansongo ;

-de dénoncer l’attitude la Force française Barkhane qui apparaît comme le véritable parrain des Terroristes au Mali ;

-d’avertir la MINUSMA pour ne pas servir refuge aux éléments de Barkhane au Mali ;

-de demander aux Autorités maliennes de porter plainte contre les Autorités françaises pour complicité dans l’attaque meurtrière de Tessit et toutes autres agressions meurtrières contre les populations et les Forces de défense et de sécurité maliennes ;

-d’exiger des Autorités maliennes la clarification des missions des contingents étrangers composant la MINUSMA, et à défaut leur départ immédiat du Mali.

En conséquence, Nous, Forces Vives de la Ville de Gao, donnons à compter de jour dimanche 14 août 2022 un ultimatum de 72H pour le départ définitif de Barkhane.

Passer ce délai passé, nous interdirons la circulation de toutes Forces étrangères dans la ville de Gao et sur les axes routiers : Gao-Ansongo, Gao-Bourem, Gao-Wabaria, sans préjudice de toutes autres actions nécessaires, jusqu’à l’atteinte de notre objectif.

Nous exhortons les Autorités maliennes de Transition à accentuer les efforts de redéploiement de nos Forces armées et de sécurité sur l’ensemble du territoire national, et leur exprimons notre soutien total dans les efforts de sauvetage de notre Grande Nation.

VIVE NOS FORCES DE DEFENSE ET DE SECURITE DU MALI !

VIVE NOS AUTORITES DE TRANSITION !

VIVE LE PEUPLE MALIEN DANS UN MALI UN ET INDIVISIBLE !

Fait à Gao, le 14 août 2022.

Les signataires

Source : Info-Matin

MaliwebCrise malienneNord-Mali
La dernière base de barkhane doit quitter définitivement Gao ce 17 août 2022. Pour saluer ce départ dans un contexte de crise entre le Mali et l’ex-puissance coloniale, une marche a été organisée ce 14 août 2022 par les forces vives de la cité des Askia pour exiger le...