Triste et dramatique. C’est ainsi que l’année 2019 a démarré dans notre pays avec une attaque meurtrière dans le Centre faisant, selon le Communiqué officiel du Gouvernement malien, 37 civils morts à Koulogon ; un village peulh situé dans la Commune rurale de Koulogon Habé, dans le Cercle de Bankass (Région de Mopti).

Ce carnage faisant 37 tués y compris le Chef du village et de nombreux blessés graves, a été commis par des  Hommes armés habillés en tenue de chasseurs traditionnels dozos,  quelques jours après le départ du pseudo-stratège Soumeylou Boubèye Maïga de ladite  Région. «C’est une milice dozos qui nous a attaqués tôt ce matin. Ils étaient tous armés, habillés en tenue dozo. Notre Chef de village, Moussa Diallo, a trouvé la mort dans cette attaque, ainsi que des membres de sa famille dont une fillette et de vieilles femmes», a témoigné Allaye Yattara, un éleveur peulh dudit village sur un média de la place avant de rajouter qu’il  a eu la vie sauve parce qu’il était sorti très tôt pour conduire les animaux aux pâturages.

Écœurés et attristés, les Chefs de plusieurs partis politiques ont réagi à travers des communiqués face à cette situation dramatique répétitive dans notre pays malgré des discours folkloriques du Gouvernement. «L’URD est profondément inquiète de la tournure dramatique prise par les évènements qui secouent la Région de Mopti depuis plusieurs mois, liés essentiellement à l’absence de l’État dans les localités concernées, à l’inertie et l’incompétence notoire des autorités de facto à juguler la crise. L’URD rappelle que notre pays, déjà fragilisé par l’insécurité grandissante et généralisée, aura du mal à supporter des conflits intercommunautaires aux conséquences désastreuses. C’est pourquoi l’URD invite la Communauté internationale à étendre son assistance au Centre du Mali et à y déployer toutes les énergies nécessaires en collaboration avec les forces armées et de sécurité du Mali pour circonscrire ces conflits», a écrit le Secrétaire Général de l’URD, Me Demba Traoré, avant d’exprimer toute la solidarité et le soutien de sa famille politique à l’endroit des populations du Centre du Pays qui ont subi de lourdes pertes en vies humaines et d’incalculables dégâts matériels ces derniers jours.

«Trop c’est trop ».C’est en ces termes de consternation que le richissime du Wassoul’Or, Aliou Boubacar Diallo a, de son tour, réagi, le jeudi 3 janvier, à travers un Communiqué suffisamment relayé sur la toile. «Il est temps que l’on sorte des communiqués laconiques et des déclarations pompeuses pour trouver une solution définitive à ce conflit instrumentalisé par certains et transformé en génocide par ceux-là qui veulent mettre dos-à-dos les communautés.  Mais, en réalité, qui arme lourdement les populations civiles? Qui sont ces « Hommes armés »?  S’est-il emporté avant de rappeler que le Gouvernement malien a une responsabilité historique face à ce qui se produit actuellement au Centre et au Nord de notre Mali meurtri».

Après le communiqué de  l’ancien Premier Ministre Moussa Mara qui a rappelé l’urgence de rétablir la présence étatique dans l’ensemble de la Région de Mopti qui, seule, selon lui, permettra de ramener le calme et de distribuer la justice avec équité, gage de stabilité et de quiétude sociale.  Le Chef du parti de la quenouille Housseini Amion Guindo a lui aussi dénoncé cette énième preuve de la généralisation du phénomène d’insécurité qui a fait plus de 500 morts, des blessés et des milliers de déplacés dans la Région en 2018. Le Chef de la CODEM (Convergence pour le Développement du Mali) en interpellant le Gouvernement à assumer son rôle de protection de toutes les populations et de leurs biens sur l’ensemble du territoire national, a condamné avec la dernière énergie toute forme de violence sur les populations civiles. Il a également invité le Gouvernement à tout mettre en œuvre pour identifier, juger et condamner les auteurs de ces atrocités sur les paisibles populations civiles. «Pour éviter de tomber dans les pièges des ennemis de la stabilité de notre pays, le Parti CODEM invite la population à éviter tout amalgame préjudiciable à la cohésion sociale. Solidaire de l’ensemble des victimes de ces différentes tragédies, le Parti de la quenouille a adressé ses condoléances les plus attristées aux familles des disparus et souhaité prompt rétablissement aux blessés», a-t-il conclu.

Rappelons que, dans un communiqué laconique rendu public par le Gouvernement, le lendemain du drame, environ sept arrestations ont été faites à la suite de l’ouverture d’une enquête comme toutes les autres enquêtes toujours en cours, mais sans aucune suite réelle escomptée.

Seydou Konaté : LE CCOMBAT

MaliwebCrise maliennemoussa mara
Triste et dramatique. C’est ainsi que l’année 2019 a démarré dans notre pays avec une attaque meurtrière dans le Centre faisant, selon le Communiqué officiel du Gouvernement malien, 37 civils morts à Koulogon ; un village peulh situé dans la Commune rurale de Koulogon Habé, dans le Cercle de Bankass (Région...