Le Haut représentant du chef de l’État pour le Centre veut dialoguer avec les chefs djihadistes, notamment Iyad Ag Ghaly et Hamadoun Kouffa. Benbere a recueilli l’avis de quelques personnes dans la ville de Mopti, dans le Centre, sur cette initiative qui est venue raviver le débat sur la négociation avec les groupes djihadistes au Sahel.

En 2019, le Président malien Ibrahim Boubacar Keïta, dit « IBK », a jeté son dévolu sur Pr. Dioncounda Traoré, ancien président de transition, pour être son Haut représentant pour le Centre. Depuis, il avait brillé par son silence sur la situation des régions du Centre.

Au cours d’une conférence de presse tenue fin janvier, il a annoncé qu’il était prêt à prendre contact avec Iyad Ag Ghali et Hamadoun Kouffa pour dialoguer. Au sein du gouvernement, Tiébilé Dramé, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, a tenu à préciser que cette initiative n’était pas menée au nom du gouvernement.

Au Mali, depuis plusieurs années, des voix appellent à négocier avec les djihadistes maliens, comme ce fut le cas à l’issue de la Conférence d’entente nationale en 2017. Cette idée est diversement appréciée à Mopti.

Djibril Barry

« Dialoguer avec les djihadistes est salutaire. Parce que tous les conflits se terminent autour du dialogue. Mais, est-ce que ces gens (les djihadistes, NDLR) sont disposés à dialoguer ? On doit chercher à comprendre si leurs conditions sont conciliables avec nos préoccupations. Sinon, ce sont des ennemis de la nation à laquelle ils ont causé beaucoup de dégâts. »

Assa Kindo

« Les gens à Mopti apprécient beaucoup Dioncounda Traoré. Surtout son intention d’aller voir Iyad Ag Ghaly pour négocier. S’il arrive à s’occuper de la crise qui sévit dans la région de Mopti, ce serait une bonne chose. Nous pensons qu’il est capable de le faire. »

Almany Traoré

« Je pense qu’il fallait choisir un natif de la région pour cette mission. Toutefois, si on ne s’assoit pas pour dialoguer, je ne crois pas qu’on puisse trouver une solution à cette crise. Il faut que nos autorités acceptent de négocier avec Iyad Ag Galy et Hamadoun Kouffa. La négociation est une bonne chose. »

Souleymane Konaté

« Je crois que c’est une mission capitale. Avec l’accompagnement de tout le peuple malien, il peut relever ce défi. Il connait les réalités de notre pays. Si on l’accompagne réellement dans cette mission, cela peut marcher. Le dialogue est une bonne chose. Mais avec qui dialoguer ? C’est cette question que je me pose. Parce qu’en réalité, comme on entend dans les médias nationaux et internationaux, c’est le caractère juridique d’un tel dialogue qui pose problème. Je me de demande sur quelle base nous allons négocier. »

Issa Diarra

« A mon avis, Dioncounda Traoré ne connait pas trop les régions du Centre. S’il pouvait trouver d’autres personnes comme Mahmoud Dicko ou l’ancien Président Amadou Toumani Touré, cela allait être une bonne chose. Si Dioncounda Traoré arrive à négocier avec Iyad Ag Ghaly et Hamadoun Kouffa, ce serait vraiment bien. Nous connaissons la difficulté que nous affrontons et voulons que ce dialogue puisse avoir lieu. C’est notre souhait et cela va nous plaire énormément. »

Source: Benbere

MaliwebCrise malienne
Le Haut représentant du chef de l’État pour le Centre veut dialoguer avec les chefs djihadistes, notamment Iyad Ag Ghaly et Hamadoun Kouffa. Benbere a recueilli l’avis de quelques personnes dans la ville de Mopti, dans le Centre, sur cette initiative qui est venue raviver le débat sur la...