Le processus de mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger est marqué par la création de plusieurs structures aux grilles salariales attrayantes. Parmi ces structures il est loisible de retenir la Commission Nationale de Désarmement-Démobilisation-Réinsertion, la Commission d’Intégration, le comité de suivi de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, le bureau du Haut représentant du président de la République pour la mise en œuvre de l’Accord, la Mission de bons offices dans les régions de Kidal, du delta intérieur et de la boucle du Niger, la Commission vérité justice et réconciliation (CVJR), le Comité national de coordination de la mise en œuvre de l’accord, le conseil national pour la réforme du secteur de la sécurité, la mission d’appui à la réconciliation nationale, etc.

ibk ibrahim boubacar keita president malien rencontre rebelle touareg mnla cma

Les membres et agents de ces structures bénéficient d’avantages exceptionnels en raison certainement de la sensibilité politique de leurs missions, dit-on. A ce titre et à titre d’exemple, le commissaire du conseil national pour la réforme du secteur de la sécurité, la mission d’appui à la réconciliation nationale perçoit une indemnité mensuelle de responsabilité de 1 000 000 F CFA, plus 500 000 F CFA pour le logement, 400 000 pour les indemnités d’eau, d’électricité et de téléphone, 600 000 F CFA de prime mensuelle de sujétion sans compter 5 000 000 F CFA d’indemnité d’équipement.

Quant aux membres, ils bénéficient de 750 000 F CFA d’indemnité de représentation, 400 000 F CFA (logement), 350 000 F CFA (eau, électricité et téléphone), 400 000 F CFA (sujétion) et 3 500 000 (équipement). Les chefs de cellule perçoivent 700 000, 400 000, 300 000, 300 000 et 3 000 000 FCFA et les autres agents entre 500 000 et 100 000 pour le personnel d’appui.

Les taux de ces indemnités fixés par le décret n°2017-0544/P-RM du 22 juin 2017 sont voisins de ceux des autres entités.

A la Commission nationale de Désarmement – Démobilisation – Réinsertion (CNDDR), le président touche une indemnité spéciale de 1 000 000 F CFA, le coordinateur général 700 000, son adjoint 650 000 F CFA et les membres 500 000 F CFA. Les relais locaux ont 400 000 F CFA, les chefs de sous-commission 300 000 F CFA.

En termes d’indemnité de logement, le président bénéfice de 500 000 F CFA mensuels, le Coordinateur général 400 000 F CFA, le coordinateur adjoint 350 000 F CFA, les membres de la Commission 300 000 F CFA, les chefs de relais locaux 200 000 F CFA, les chefs de sous-commission 100 000 F CFA. Pour le téléphone, le président bénéfice d’une indemnité complémentaire de 150 000 F CFA, le coordinateur 100 000, son adjoint 75 000, les membres 50 000, les relais locaux 25 000, les chefs de sous-commission 15 000 F CFA, etc. D’autres avantages sont prévus au titre de la fonction spéciale compris entre 100 000 et 15 000 F CFA.

Il faut juste préciser que l’indemnité de logement n’est pas due lorsque l’intéressé bénéficie déjà d’un logement mis à disposition par l’Etat.

D’autres dispositions précisent que les taux les plus favorables sont appliqués lorsque la personne concernée bénéficie des mêmes avantages prévus par d’autres textes. Au chapitre des assurances, les membres de la plupart des structures bénéficient d’un régime d’assurance couvrant les accidents de transport par voie aérienne ou terrestre.

Malikile 15

MaliwebCrise malienne
Le processus de mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger est marqué par la création de plusieurs structures aux grilles salariales attrayantes. Parmi ces structures il est loisible de retenir la Commission Nationale de Désarmement-Démobilisation-Réinsertion, la Commission d’Intégration, le comité de...