Une mobilisation nationale contre les sanctions de la CEDEAO est prévue ce vendredi 14 janvier 2022 au Mali. C’est un appel lancé par le gouvernement de transition lundi dernier. Des spécialistes de la Covid-19 demandent à ceux qui présentent des symptômes de la maladie de se mettre à l’écart.

A Bamako, le rassemblement est prévu à la place de l’indépendance après la prière du vendredi. Les installations au niveau de ce site ont commencé ce jeudi 13 janvier 2022. Des manifestations sont aussi prévues dans toutes les régions du pays et à l’extérieur du Mali avec la Diaspora.

A Kadiolo, dans la région de Sikasso, les cotonculteurs du cercle ont annoncé leur participation à la mobilisation. Le président de l’Union des sociétés coopératives des producteurs du coton a indiqué que la fermeture des frontières va stopper l’évacuation du coton. Des femmes du pays ont aussi déclaré qu’elles ne resteront pas en marge de ce rassemblement. « La préservation des droits de nos enfants et nos familles pour vivre dans un pays en paix est primordiale », ont déclaré certaines d’entre-elles.

Des habitants de la capitale craignent que la manifestation ne dégénère

Des séances de prières et de bénédictions sont aussi prévues dans les édifices de culte. Il faut souligner que certaines voix s’élèvent déjà sur les réseaux sociaux pour appeler à la violence et à la haine contre ceux qui soutiendront les organisations sous régionales. Une situation qui inquiète certains habitants de la capitale.

Certains observateurs affirment que « ce rassemblement est légitime ». Il vise à exprimer les positions des Maliens vis-à-vis de l’embargo. Toutefois, ils estiment qu’il faut « éviter des propos injurieux ou haineux à l’encontre des dirigeants ouest africains ».

Brehima Mamadou Koné, Politologue et enseignant chercheur à l’Université des sciences juridiques et politiques de Bamako (USJPB)

Lire auss : Sanctions de la CEDEAO : la Guinée, l’Algérie et des OSC soutiennent le Mali

« Attention à la covid-19 »

Les rassemblements ont toujours amplifié les cas de covid-19, prévient Dr Aboubacar Sidiki Dramé, point focal Covid à l’hôpital du Mali. Il appelle tous les participants à la mobilisation de ce vendredi à porter des masques et aux personnes qui présentent des symptômes de rester à l’écart de cette mobilisation. Rappelons que 636 cas de coronavirus ont été enregistrés dans la journée du 12 janvier au Mali avec 02 décès et 568 cas guéris.

 

Source: Studio Tamani

MaliwebCrise malienne
Une mobilisation nationale contre les sanctions de la CEDEAO est prévue ce vendredi 14 janvier 2022 au Mali. C'est un appel lancé par le gouvernement de transition lundi dernier. Des spécialistes de la Covid-19 demandent à ceux qui présentent des symptômes de la maladie de se mettre à l’écart. A...