Nous parlions des rebelles qui, pour moi, continuent de faire la pluie et le beau temps alors que les 77℅ attendaient, tout bonnement, qu’on les mate proprement. Qu’il est loin le temps où, Impitoyable Premier, à peine élu et déjà malmené par lesdits rebelles, bombait la poitrine, néanmoins, pour déclarer ne jamais vouloir s’assoir sur la même table qu’un rebelle voire de discuter, d’égal à égal, avec lui, car, lui, il est Chef d’État. Il avait déjà oublié que des rebelles siégeaient et siègent encore à l’Assemblée nationale sur des listes RPM !!!

instructeur entrainement formation armee malienne soldat militaire mali eucap eutm minusma embuscade fama

Mais oublions tout cela et intéressons-nous à une interview d’un ancien ministre devenu Chef rebelle et qui déclarait, solennellement, que Paris et son poulain candidat avaient promis l’autonomie au MNLA sur ses terres imaginaires à savoir le fameux “Azawad”. Faire fi de cette déclaration fracassante, c’est refuser de comprendre ce qui se passe, actuellement, dans le Nord du Mali. C’est refuser de comprendre la rébellion actuelle et son internationalisation. C’est faire abstraction de la mollesse d’action si bien décrite dans le tout dernier livre d’Adam Thiam.

Bref, en lieu et place d’une traque méthodique des rebelles, nous voilà dans des parades militaires décalées (elles auraient dû avoir lieu le 22 Septembre) sur fonds d’hélicoptères fraichement acquis de je ne sais où (on parle de Russie et le régime USRDA doit rire jaune car son alliance pro soviétique a amené l’Occident à le renverser).

Au même moment, des américains se font tuer chez nous….après les allemands, les français, les guinéens, les tchadiens, etc). Au lieu d’aller bombarder les rebelles, c’est plutôt l’ORTM qui bombarde les maliens lambda avec les images de ces engins si fragiles et si vulnérables au-dessus d’un désert que personne, pour le moment, ne contrôle mieux que les rebelles et leurs alliés clandestins.

Mountaga Touré

(05/10/2017)

 

MaliwebCrise maliennemaliwebmnla
Nous parlions des rebelles qui, pour moi, continuent de faire la pluie et le beau temps alors que les 77℅ attendaient, tout bonnement, qu'on les mate proprement. Qu'il est loin le temps où, Impitoyable Premier, à peine élu et déjà malmené par lesdits rebelles, bombait la poitrine, néanmoins, pour...