Depuis la prise de la décision de restriction de la circulation de certains moyens de déplacement, notamment les motos et les véhicules Pickup sur toute l’étendue de la Région de Mopti (objet du communiqué n°0001/CEMGA-S-CEM/OPS/COIA du chef d’Etat-major général des Armées en date du 1er février 2018), les rumeurs et les interprétations vont bon train.

Pour mieux informer et sensibiliser la population de la Région par rapport aux mesures édictées, le gouverneur, le général Sidi Alassane Touré, a initié, le mercredi 7 février 2018, une rencontre d’échanges avec l’ensemble des forces vives de la Région. C’est dans une salle de conférence du gouvernorat remplie comme un œuf que Sidi Alassane Touré avec à ses côtés la hiérarchie militaire de la région militaire n°6, a campé le décor de la rencontre qui avait un seul point à l’ordre du jour : la clarification des mesures sécuritaires dans la Région de Mopti. Il a, d’abord, fait faire une lecture commentée de la décision n°0001 du chef d’Etat-major général des Armées par son conseiller technique. Par la suite, il a expliqué que les mesures prises par le chef d’Etat-major visent à renforcer la sécurité dans les différentes circonscriptions concernées. A titre de clarification, le gouverneur a rappelé que la mesure concerne les véhicules Pickup et les motos de toutes cylindrées confondues. La circulation de ces engins est formellement interdite entre les agglomérations (villes, villages, hameaux) sur toute l’étendue de la Région et cela 24 heures sur 24 jusqu’à nouvel ordre.

Par contre, les cars et minicars, les camions et camionnettes, les voitures, les ambulances, les charrettes, les vélos ne sont pas concernés par cette interdiction. En outre, les Pickup et les motos de l’Etat (services techniques et assimilés), ceux des collectivités et des partenaires au développement (Organisations humanitaires) peuvent se déplacer dans la Région en remplissant les conditions suivantes : être muni d’un titre de déplacement délivré par l’autorité administrative ou la direction de la structure et signaler son déplacement avec toutes les indications utiles au commandement militaire du secteur concerné pour bénéficier d’une escorte militaire en cas de nécessité, a expliqué le général Sidi Alassane. Il a aussi rappelé que la mesure du chef d’Etat-major vient s’ajouter à la restriction de mobilité, objet de la décision n°2017-0193/GRM-CAB du 22 mars 2017 qui interdisait déjà le déplacement de tous les moyens de transport (véhicules, motos, pinasses) de 18 heures à 6 heures.

Ces décisions sécuritaires ne visent personne et n’ont pas pour objet de nuire aux populations au contraire. Le constat est que toutes les attaques perpétrées contre les forces de sécurité et leurs partenaires (MINUSMA, BARKHANE), les populations et les enlèvements se font soit à bord de Pickup, soit sur des motos, a souligné le gouverneur. Il a aussi informé l’auditoire que d’autres dispositions seront prises telle que l’identification des motos et des véhicules à travers un enregistrement qui permettra aux forces de sécurité de disposer d’une base de renseignements sur les moyens de déplacement.

Ce échanges ont suscité des questions de compréhension et de préoccupations parmi lesquelles on note, entre autres, le laxisme au niveau des postes de contrôle, la corruption, le comportement des transporteurs, qui sachant les mesures en vigueur, viennent exposer les passagers en brousse.

Le gouverneur et la hiérarchie militaire ont assuré attacher le plus grand prix au respect strict des mesures édictées et les dispositions d’accompagnement, notamment la gratuité de l’escorte et l’enregistrement des engins. Tout agent qui se livrera à des pratiques contraires sera sanctionné avec la dernière rigueur. Pour ce qui concerne les transporteurs, une demande leur sera adressée en vue d’adapter les horaires de voyage aux mesures en cours. S’agissant de la fin des mesures, le gouverneur a expliqué que l’objectif recherché est la sécurité. Quand celle-là sera ramenée à un niveau acceptable, d’autres décisions seront prises, a-t-il indiqué.

Le chef de l’exécutif régional, très satisfait de la grande mobilisation, a lancé un appel aux participants, à la population et aux visiteurs de la Région à s’approprier ces mesures, à les respecter et à les partager avec les autres pour une adhésion commune, c’est en cela qu’on contribuera à aider les forces de sécurité à nous sécuriser.

Dramane COULIBALY

AMAP-Mopti

 

Source: Essor

MaliwebCrise malienneminusma
Depuis la prise de la décision de restriction de la circulation de certains moyens de déplacement, notamment les motos et les véhicules Pickup sur toute l’étendue de la Région de Mopti (objet du communiqué n°0001/CEMGA-S-CEM/OPS/COIA du chef d’Etat-major général des Armées en date du 1er février 2018), les rumeurs...