Accusé les responsables de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) de la Faculté de droit privé (FDPRI) de l’Université des Sciences juridiques et politiques de Bamako (USJPB), comme faisant partie des motifs de leur grève, et d’en être « le cerveau », le décanat de ladite Faculté, par la voix de son Secrétaire principal, le Dr Issiaka Coulibaly, donne sa version ses faits. C’était en présence du chef du département du Droit pénal et science criminel, Dr. Mahamadou Bakaye Dembélé, son co-accusé.

Sans détour, Dr. Issiaka Coulibaly a nié en bloc les accusations que l’AEEM lui fait porter le chapeau. Selon lui, c’est une machination de certaines personnes qui se cachent dernière l’AEEM pour faire les propagandes au sein de la Faculté.

Selon lui, s’agissant des 69 étudiants qui ont vu le décret de leur attestation abrogé, ce sont des étudiants fraudeurs.

« D’aucuns parmi eux n’ont même pas validé les semestres et ils se permettent de payer l’argent à certaines personnes, ou le souvent aux responsables de l’AEEM pour passer en classe supérieure. Le Décanat dispose de toutes les preuves, et d’ailleurs, il est prêt à porter plainte contre ces étudiants, l’AEEM et ses acolytes », révèle-t-il.

Concernant les irrégularités de l’année universitaire 2018-2019, notre interlocuteur explique, qu’elles concernent les étudiants qui n’ont pas le quitus.

En effet, note-t-il, il s’agit des étudiants, victimes de malversations, au moment de leur inscription (ils ont payé à certains agents de l’administration universitaires qui ont bouffé leur argent, sans pouvoir leur remettre un quitus. Par conséquent, ils ne verront pas leur nom au niveau de la Faculté qui n’a pas de liste d’étudiants omis.

Sur la dérogation, réplique le Secrétaire principal, « ce n’est pas un droit, mais plutôt une prérogative du Recteur qui étudie les dossiers des étudiants qui en demandent. Il décide d’offrir ou pas ».

S’agissant du Master, Dr Coulibaly rappelle qu’il est offert par l’État aux étudiants méritants qui ont les Mentions en Licence. Ces derniers sont appelés pour faire le test pour avoir ce Master devant une commission mise en place par la Faculté.

« C’est la procédure normale que l’actuel Décanat est en train de l’appliquer. Auparavant, les bourses étaient attribuées aux étudiants de l’AEEM et à leurs copines qui ne méritent pas et ne sont soumis à aucun teste », a-t-il expliqué.

En conclusion, soutient notre interlocuteur : « Nous sommes là pour assainir la Faculté afin que tous les étudiants qui sortent de cette Faculté soient de vrais et excellents juristes. Donc, pas la place pour les étudiants qui paient de l’argent pour passer en classe supérieur. Les responsables de l’AEEM qui faisaient passer leurs camarades en classe supérieur sans étudier, doivent comprendre que cela ne marchera pas pendant notre mandat. D’ailleurs, cette lutte, ils ne sont pas en train la faire pour les étudiants, mais plutôt pour eux même, car ils sont nombreux ceux qui ne sont pas admis, car ils n’aiment pas étudier ».

Seydou K. KONE  

Source: BamakoNews
MaliwebCrise malienneEducation
Accusé les responsables de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) de la Faculté de droit privé (FDPRI) de l’Université des Sciences juridiques et politiques de Bamako (USJPB), comme faisant partie des motifs de leur grève, et d’en être « le cerveau », le décanat de ladite Faculté, par la...