Dans cette interview, accordée à notre confrère « Sputnik France », Nicolas Normand, ex-ambassadeur de France au Mali et auteur du « Grand livre de l’Afrique : chaos ou émergence au sud du Sahara », éclaire les propos tenus, contre la France, dans une vidéo diffusée sur Facebook-live par l’artiste international malien, Salif Keïta. Et explique les raisons du sentiment anti-Français, de plus en plus, exacerbé au Mali.

Que pensez-vous des déclarations de Salif Keita quand il accuse la France d’être responsable du maintien de la guerre au Mali ?

Salif Keita est un grand artiste, mais ce n’est pas un homme politique. Disons qu’il s’est un peu enflammé… Ses propos font écho à des rumeurs qui circulent depuis un certain temps à Bamako. Et je les comprends, même si je ne les excuse pas, parce qu’ils expriment un sentiment de malaise largement répandu aujourd’hui au Mali. Il n’a pas complètement tort quand il affirme que c’est la France qui a rajouté du désordre au désordre existant au Mali. En 2013, l’opération Serval a constitué un péché originel qui ne nous a toujours pas été pardonné par les Maliens. En appuyant les séparatistes du MNLA et en libérant la ville de Kidal, donnée ensuite à ces séparatistes, l’intervention française a empêché l’armée malienne de libérer la totalité du territoire national.
C’est d’autant plus grave qu’aujourd’hui, la ville de Kidal est dirigée par le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), un groupe armé signataire de l’accord de paix de 2015 à la tête duquel on trouve Alghabass Ag Intalla. Il est le fils de l’ancien amenokal (chef traditionnel chez les Touarègues) de la puissante tribu des Ifoghas, mais surtout il est l’ancien numéro deux du groupe Ansar Dine d’Iyad Ag Ghali, aujourd’hui à la tête du Groupe pour le soutien de l’islam et des musulmans (GSIM), la plus haute instance du groupe djihadiste Al Quaïda* au Maghreb islamique (AQMI).
L’autre grand groupe présent, c’est l’État islamique* au Sahel. Or, Alghabass Ag Intalla, après avoir été au MNLA puis avoir rejoint le groupe djihadiste Ansardine, continuerait d’avoir des liens étroits avec le GSIM d’Iyad Ag Ghali qui, d’une certaine façon, dirige la ville.
En tout cas, des éléments du HCUA ont été impliqués dans le terrorisme. Face à cette situation, les Maliens, non sans raison, se demandent à quoi joue la France à Kidal. La ville est devenue de facto une enclave indépendante qui reste sans doute sous l’influence de l’ancien homme fort de la rébellion touarègue à Kidal, Iyad Ag Ghali. Car beaucoup pensent que le HCUA n’est que la façade politique d’Ansardine.

Est-ce la raison pour laquelle les Maliens en veulent à la France ?

Oui car pour les Maliens, il y a un jeu trouble de la France à Kidal dont ils ne comprennent ni les tenants ni les aboutissants. Pour ma part, je pense qu’il s’agit d’une erreur d’appréciation de la diplomatie française, dès le départ, dont elle n’est pas encore sortie.
L’armée française, avec l’accord de l’Élysée, voulait soutenir le MNLA, qui est ouvertement séparatiste, au lieu de choisir le groupe du général el Hadj Ag Gamou (Touareg opposé à Iyad Ag Ghali et anti-séparatiste), par exemple. Si le but était de rechercher des alliances sur le terrain, ce dernier aurait tout aussi bien pu aider l’armée française. Pour moi, c’est une erreur de casting dont nous sommes encore en train de payer le prix.

Est-ce la seule erreur commise par la France au Mali ?

Non, car la force Barkhane qui a pris, ensuite, la place du dispositif Serval n’a pas non plus eu les résultats escomptés. Au contraire, les attaques djihadistes se sont multipliées, et même étendues géographiquement jusqu’au Burkina Faso voisin. Ces résultats, très décevants aux yeux des populations qui en subissent directement les conséquences, ne sont guère surprenants. Barkhane n’était pas et n’est toujours pas en mesure, pour des raisons militaires et techniques, de venir à bout du phénomène djihadiste. D’où un enlisement qui est considéré par les Maliens comme un échec des forces françaises et, donc, de la France.
Se rajoute à cela une dimension fondamentale dont on ne tient pas suffisamment compte à Paris : en 2013, c’est l’armée française, c’est-à-dire l’armée de l’ancien colonisateur, qui a libéré le nord du Mali.
Or, six ans plus tard, Barkhane est toujours là. Ceci est ressenti comme une humiliation permanente par les Maliens puisque, d’une certaine façon, la France a mis sous tutelle l’armée malienne.
D’où les rumeurs complotistes qui sont du pain bénit pour les groupes djihadistes. Voir que la population rejette leur adversaire principal sur le terrain puisque la France est la seule à se battre en première ligne leur donne, bien sûr, un avantage psychologique auprès des Maliens.

Mais pourquoi les Maliens disent-ils que la France veut les piller ?

Cela fait partie de la même incompréhension. Comme si l’armée française était venue pour exploiter les mines hypothétiques ou réelles du nord du Mali. C’est de l’ordre du fantasme car, bien évidemment, les militaires français ne sont pas desgéologues. Mais ce qui est encore plus absurde, c’est de dire que l’armée française est complice des djihadistes touarègues ou qu’elle les armerait avec l’intention de créer le chaos au Mali afin d’affaiblir le pays et de laisser, ainsi, les puissances occidentales le piller.
Ce qui est sûr, c’est que compte tenu de la diversité ethnique qui prévaut au Mali, cette façon de privilégier un groupe sur un autre et de n’en désarmer aucun a fini par déclencher des réactions chez les autres communautés touarègues, ainsi que chez les Peuls et les Songhaïs, majoritaires au nord du Mali par rapport aux Touarègues.
L’autre conséquence du désordre créé par la France, c’est que l’on assiste à une tribalisation des conflits armés au Mali et cela, bien sûr, est une pente extrêmement dangereuse.

Y a-t-il une protection de l’Algérie à l’égard d’Iyad Ag Ghali et, dans ce cas, comment cela aurait-il pu influencer la situation à Kidal ?
Pas officiellement, en tout cas. On sait néanmoins que Iyad Ag Ghali a été proche des Algériens à une époque, mais quant à sa protection par les services secrets algériens, cela n’a jamais pu être prouvé. Des soupçons, tout au plus, mais aucune preuve…Même si, du fait de l’erreur d’appréciation de la France au départ, on a fini par récompenser les groupes armés du nord du Mali au lieu de les sanctionner.
L’accord d’Alger a été une erreur magistrale puisqu’il n’a pas exigé des groupes armés qu’ils commencent par se désarmer avant d’entamer le processus politique. Au contraire, l’un des principaux buts de cet accord, c’est leur maintien jusqu’à leur réintégration dans les rangs de l’armée malienne.
Or, et c’est là l’un des griefs majeurs des Maliens vis-à-vis de cet accord d’Alger – qui reste très impopulaire jusqu’à aujourd’hui parce que, d’une certaine façon, il a été imposé par la France –, il y a 63.000 nomades ex-combattants qui sont inscrits dans le processus de DDR prévu par cet accord, alors que l’armée malienne ne compte que 16.000 hommes !
Quant à l’embauche de certains de ces ex-combattants dans l’administration malienne, elle est tout aussi problématique puisque la plupart d’entre eux sont analphabètes.

Au Forum de Dakar, cette semaine, les Présidents sénégalais et mauritaniens ont appelé à un renforcement du mandat de la Minusma pour essayer de sortir de l’impasse actuelle au Mali. Qu’en pensez-vous ?
C’est une très mauvaise idée. Je peux vous assurer que les États-Unis et les autres membres permanents du Conseil de sécurité, y compris la France, seront les premiers à s’y opposer. Surtout si c’est pour donner à la Mission de maintien de la paix des Nations unies un mandat de lutte contre le terrorisme qui, de toute façon, serait complètement inefficace.
Il n’y a qu’un seul exemple sur la planète d’une force militaire offensive de Casques bleus. C’est la création, en mars 2013, de la Brigade d’intervention de la Monusco.
Et personne ne voudra refaire la même chose au Mali. En effet, la Résolution 2098 du Conseil de sécurité avait donné comme mandat précis à cette brigade de neutraliser les groupes armés à l’est de la RDC.
Certes, elle a réussi à vaincre le M23 grâce aux gros moyens déployés par l’Afrique du Sud et aux hélicoptères ukrainiens. Mais, depuis cinq ou six ans, elle s’avère particulièrement inefficace pour lutter contre les exactions et les attentats terroristes perpétrés par le groupe islamiste ADF.
Aussi, cette brigade, qui est composée de 2.000 hommes sur les 20.000 que compte la Monusco, devrait-elle bientôt être dissoute et la Monusco retirée.

Alors, que faire si on ne peut pas avoir recours à la Minusma ?

Il reste le G5 Sahel, mais je ne pense pas non plus que ce soit la solution idéale. Certes, ce concept était attractif pour les bailleurs de fonds, même si chaque bailleur pose ses propres conditions pour financer.
Du coup, le G5 Sahel apparaît de plus en plus comme une usine à gaz. Mettre ensemble cinq armées – faibles – de cinq pays en développement, avec des financements extérieurs de surcroît, n’est pas la solution la plus simple. Et c’est peut-être pour cela, d’ailleurs, que ça ne marche pas !
Les Américains sont beaucoup plus pragmatiques en ayant systématiquement recours à une aide bilatérale pour tout ce qui touche aux questions de défense et de sécurité en Afrique.
Toutefois, en l’occurrence, au Mali, la France est bien consciente que le statu quo avec la force Barkhane déployée en première ligne ne peut plus durer. La remplacer par le G5 Sahel n’étant pas non plus envisageable, il ne reste donc plus qu’à faire en sorte que les Maliens prennent eux-mêmes les choses en main afin d’assurer leur propre sécurité.

Concrètement, qu’est-ce que cela suppose de faire ?

Eh bien de commencer par accepter de passer en seconde ligne, tout en appuyant l’armée malienne, voire burkinabè le cas échéant, avec du matériel logistique, du renseignement, de la formation et surtout des équipements.
Jusqu’à présent, la position française a toujours été de se substituer aux armées africaines. Cette défiance doit cesser et faire place à un changement d’approche sur le terrain. Car il est illusoire de penser que les militaires français peuvent gagner la bataille contre les djihadistes dans un pays aussi vaste que le Mali. C’est à l’armée malienne et à elle seule de faire le job !
Depuis 2013, l’armée française a considéré que puisque l’armée malienne avait été défaite par une bande de coupeurs de route, elle était incapable de combattre. Depuis, elle persiste dans cette erreur au lieu de tout faire pour remettre à niveau les forces armées maliennes. Ce qui aurait dû être fait dès le départ…
C’est vrai que ce n’est pas facile de se mettre en deuxième ligne. Et les Américains ont aussi eu beaucoup de mal en Afghanistan. Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire.
Il est temps de faire confiance à l’armée malienne, d’arrêter de dire que ce sont tous des corrompus et de l’équiper de façon à ce qu’elle puisse combattre !

Est-ce que cette mise à niveau de l’armée malienne sera suffisante ?

Bien sûr que non, car il faut aussi pouvoir traiter les racines du mal. Or, il n’y pas que les moyens militaires qui sont à privilégier dans la lutte contre le terrorisme. On doit aussi comprendre que ce problème prolifère en l’absence de l’État. Il faut donc, partout où c’est possible, rétablir des sous-préfets, des maires et des services publics de base. Il faut aussi que, sur le terrain, les fonctionnaires maliens sachent se faire apprécier de la population.
Autrement, la population choisira les djihadistes puisqu’elle a besoin de toute manière d’ordre et de protection.
Il ne s’agit pas non plus de faire des projets de développement venant de l’extérieur dans le cadre du « DDD » (Defense, Diplomacy, Development), ni de coupler de nouveaux projets de développement avec des actions militaires comme veut le faire l’Agence française de développement (AFD). Il s’agit de permettre aux fonctionnaires maliens de revenir sur place et de donner à l’État malien les moyens de remettre en route les écoles, les dispensaires de santé, etc. pour que la population préfère son administration à celle des djihadistes.
Elle sera alors convaincue que c’est son gouvernement et personne d’autre qui l’aide.

Sputnik France

Source: Journal le Canard Déchainé

MaliwebCrise malienneInterviewsMalijet
Dans cette interview, accordée à notre confrère « Sputnik France », Nicolas Normand, ex-ambassadeur de France au Mali et auteur du « Grand livre de l’Afrique : chaos ou émergence au sud du Sahara », éclaire les propos tenus, contre la France, dans une vidéo diffusée sur Facebook-live par...