Le président sénégalais Macky Sall a plaidé lundi dernier (18 novembre 2019) à Dakar (Sénégal) pour un «mandat robuste» aux forces onusiennes au Mali, à l’ouverture de la 6e édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique. Pour le chef de l’Etat sénégalais, en plus du mandat robuste, il faut aussi «des équipements et des engagements».

 

«Autrement, c’est une mission pour payer des indemnités. C’est bien, c’est réconfortant. Mais on perd de l’argent et la situation s’aggrave sur le terrain. Il faut une réforme du système de maintien de la paix dans les zones où le terrorisme sévit», a poursuivi M. Sall.

Il a regretté que, malgré plus de 14 000 soldats étrangers présents au Mali, l’agression terroriste continue de s’intensifier et a dénoncé l’inefficacité des forces en présence au Sahel pour combattre le terrorisme. Le président Sall a réitéré son «ferme attachement à l’unité et à l’intégrité nationale du Mali», ajoutant que pour «le Sénégal, le Mali est un et indivisible».

«Il faut l’autorité de l’Etat soit restaurée dans l’ensemble du territoire», a affirmé le président Sall qui a conclu que «combattre ensemble le terrorisme au Sahel est un impératif de sécurité collectivité».

Xinhua

LE MATIN

MaliwebAfriqueCrise maliennePolitique
Le président sénégalais Macky Sall a plaidé lundi dernier (18 novembre 2019) à Dakar (Sénégal) pour un «mandat robuste» aux forces onusiennes au Mali, à l’ouverture de la 6e édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique. Pour le chef de l’Etat sénégalais,...