Apres plusieurs réclamations pour la tenue du procès de leurs époux ou leur libération qui ont été sans suite favorable, le collectif des femmes des bérets verts détenus marchera demain, vendredi, de la place de la liberté à la cité administrative pour remettre leur déclaration au chef du gouvernement.

Un an après l’expiration du délai de détention des militaires et paramilitaires incarcérés dans l’affaire dite bérets rouges, les autorités judiciaires maliennes n’arrivent jusqu’à présent ni à tenir un procès digne de ce nom ni leur accorder une liberté provisoire. Pour cela, leurs épouses, ont depuis quelques semaines entamées des démarches pour demander soit la tenue du procès de leurs époux soit leur libération provisoire. Après la conférence de presse qu’elles ont tenue à la maison de la presse le mois dernier, aucune avancée n’a été constatée dans le dossier de leurs époux détenus. Elles ont décidé de passer à une autre étape. Demain vendredi 15 décembre 2017, le collectif marchera de la place de la liberté à la cité administrative pour remettre au premier ministre, sa déclaration. Les femmes des bérets verts détenus dénoncent l’expiration du délai de détention et affirment ne réclamer que soit la tenue du procès de leurs époux ou leur libération.

A rappeler que la marche devait avoir lieu le 8 décembre. Elle a été reportée à la demande des familles fondatrices de Bamako et les leaders religieux. Ceux-ci avaient demandé aux femmes des bérets verts détenus de leur donner une semaine afin qu’ils puissent négocier avec les autorités pour un dénouement heureux. Jusqu’à présent, aucune réaction positive.

 

La Rédaction

Le Pays

MaliwebCrise malienneSociété
Apres plusieurs réclamations pour la tenue du procès de leurs époux ou leur libération qui ont été sans suite favorable, le collectif des femmes des bérets verts détenus marchera demain, vendredi, de la place de la liberté à la cité administrative pour remettre leur déclaration au chef du gouvernement. Un...