Dans le cadre de la mise en œuvre effective de la force conjointe du G5 Sahel, l’hôtel de l’Amitié de Bamako a abrité la réunion des experts, le jeudi dernier, pour la préparation de la rencontre ministérielle prévue, ce lundi 8 janvier à Bamako.

La tenue de cette réunion ministérielle conjointe sur l’opérationnalisation de la force conjointe du G5 sahel, se tient, à en croire le secrétaire permanent du G5 Sahel, Najim Elhadj Mohamed, dans un contexte particulier marqué d’une part, par le plein appui de la communauté internationale à travers l’adoption à l’unanimité de la résolution 2391(2017) du 9 décembre 2017 du conseil de sécurité et l’engagement sans faille, d’autre part, des Etats membres du G5 Sahel dans la montée en puissance de la FC du G5S qui atteindra sa vitesse de croisière en mars 2018.

Elle se tient également dans le contexte d’une intense activité politique et diplomatique autour de l’opérationnalisation de la force conjointe, entamée depuis plusieurs mois et dont le point d’orgue sera la conférence du 23 février à Bruxelles sur la sécurité et le développement au sahel.

Selon M. Najim, l’objectif global de la réunion des experts est de préparer la rencontre ministérielle des pays du G5S en vue de définir les voies et moyens permettant d’assurer l’appropriation optimale du processus d’opérationnalisation de la FC aux plans politique, institutionnel, opérationnel, financier, de l’information et de la communication.

Dans la perspective de la conférence des donateurs, la réunion de Bamako constitue une étape très décisive, car sa convocation par le président du conseil des ministres vise à approfondir la réflexion afin de mieux outiller et structurer le G5S, au besoin à le repositionner afin qu’il réponde au mieux, en termes d’efficacité et d’efficience, à l’attente des partenaires de plus en plus mobilisés pour accompagner la force conjointe.

Quant à Mahamane Amadou Maïga, secrétaire général du ministère des affaires étrangères et de la  coopération internationale du Mali, le moment est crucial pour le G5S et les enjeux sont pour le moins vitaux.

Après avoir donné une impulsion politique et une crédibilité internationale incontestables à l’organisation, grâce en particulier au leadership de son excellence Ibrahim Boubacar Keita, Président de la conférence des Chefs d’Etat du G5S, et grâce à l’effort conjugué de ses pairs des autres pays membres, M. Maiga estime que le G5S se doit de ne pas rater le défi du positionnement institutionnel et de l’efficacité opérationnelle.

«De la profondeur de vos échanges et la qualité de vos recommandations à la session ministérielle dépendront, sans doute, la capacité du G5S à amplifier le soutien international en sa faveur, ainsi que sa faculté à demeurer un interlocuteur de choix et un catalyseur en matière de gestion des contributions, de mise en œuvre et de suivi des projets et programmes » a-t-il souligné.

Aly MORBA, Stagiaire

L’Observatoire

MaliwebAfriqueCoopérationCrise malienneibrahim boubacar keita
Dans le cadre de la mise en œuvre effective de la force conjointe du G5 Sahel, l’hôtel de l’Amitié de Bamako a abrité la réunion des experts, le jeudi dernier, pour la préparation de la rencontre ministérielle prévue, ce lundi 8 janvier à Bamako. La tenue de cette réunion ministérielle...