yamoussa_camara MINISTRE DE LA DEFENSE

Le Général Yamoussa Camara

Lors de la série des questions orales adressées le mardi dernier à l’hémicycle  aux membres du gouvernement sur la mise en œuvre de la feuille de route, le ministre de la défense et des anciens combattants, le général Yamoussa Camara interpellé sur les cas d’exactions de l’armée malienne contre les civils a nié en bloc ces accusations. Selon le ministre de la défense : « ce sont les groupes armés résiduels qui sont coupables de tueries et de razzias. Ils cherchent à porter le chapeau à l’armée malienne ». Yamoussa Camara poursuit en rappelant le massacre courant mars par le mouvement national de libération de l’Azawad de vingt personnes dans le cercle de Tenenkou. 
Il a rappelé la série d’attaques auxquelles ces bandits armés se sont livrés à travers le pays depuis le début de l’offensive militaire. Toutes choses qui lui feront dire que chaque fois que des soupçons d’exactions de militaires maliens ont été portés à sa connaissance, les personnes citées sont directement mises à la disposition des autorités judiciaires. Avant d’insister sur le fait que si ces personnes sont reconnues coupables, elles s’exposent à des sanctions statutaires.
A le croire tel ne semble pas être le cas pour ce qui est de l’armée malienne.  Sur le même sujet, la correspondante de l’Express au nord-Mali, Dorothée Thiénot, a été expulsée il y a quelques jours, a révélé  le journal dans sa parution de la semaine dernière. Elle est accusée d’avoir « ruiné l’image de l’armée malienne ». Cela pour avoir révélé dans L’express de prétendues exactions des soldats  maliens contre les civils dans la ville de Sévaré.
Aujourd’hui, c’est le ministre de la défense en personne qui apporte un démenti formel à ces soupçons d’exactions.
 
Abdoulaye  DIARRA