Elle permettra de contribuer à la prise de toutes les mesures nécessaires pour poursuivre tous les acteurs et complices de crime de RTEV commis à l’intérieur comme à l’extérieur du pays

terroristes-islamistes-djihadiste-arrete-mujao-mnla-cma-rebelle-fama-armee-malienne-militaire-garde-nationale

Les rideaux sont tombés, le vendredi 23 décembre dernier au Grand Hôtel de Bamako, sur l’atelier de validation du projet de stratégie nationale de prévention et de lutte contre la radicalisation, le terrorisme et l’extrémisme violent (RTEV) au Sahel, ouvert le 21 décembre.

Organisé par le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération et de l’Intégration africaine, avec l’appui financier de l’ambassade des Etats-Unis à travers le Projet d’Appui à la cohésion communautaire et les opportunités de réconciliation et de développement (ACCORD), l’atelier a regroupé les membres du Comité de pilotage, de préparation et de rédaction du projet, des membres des départements sectoriels ainsi que des experts. L’ouverture des travaux était présidée par le secrétaire général du ministère des Affaires religieuses et du Culte, Ahmed Mohamed Yahya, qui représentait les deux ministres en charge des Affaires religieuses et des Affaires étrangères empêchés.

L’atelier avait pour objectif global de finaliser un document de politique nationale qui puisse répondre aux problématiques de prévention du phénomène, de bonne coordination et d’harmonisation de synergies d’actions de réponses et des stratégies pour éviter que les couches dites vulnérables ne versent dans le radicalisme religieux.

Dans son discours d’ouverture, le Secrétaire général du ministère des Affaires religieuses et du Culte a rappelé que l’extrémisme violent est un phénomène devenu une triste réalité dans le monde comme en témoignent les attaques terroristes et les crimes transfrontaliers qui n’épargnent malheureusement aucun pays. Ahmed Mohamed Yahya a expliqué que la nature de la menace terroriste impose aujourd’hui de la traiter dans un cadre étendu, c’est-à-dire au-delà des frontières.

Pendant trois jours, l’atelier a permis d’examiner le projet de politique nationale de stratégie de prévention et de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent conformément aux exigences des Nations-Unies et notamment, à travers la Résolution 2006 qui recommande à chaque Etat membre d’envisager l’élaboration d’un plan national d’action contre l’extrémisme violent.

Cette rencontre qui intervient six mois après celle sur la consultation nationale pour l’élaboration des éléments de la stratégie nationale de lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme a dégagé, entre autres, les axes de prévention et de cohésion sociale, de la protection de l’intégrité du territoire, des personnes et des biens ainsi que du cadre juridique et institutionnel dans la lutte contre le RTEV.

Le projet de stratégie nationale dont notre pays va se doter permettra d’identifier des solutions, prescrire les réponses et anticiper au développement des menaces de la RTEV. La stratégie permettra au Mali de contribuer à la prise de toutes les mesures nécessaires pour poursuivre tous les acteurs et complices de crime de RTEV commis à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. En vue d’atteindre ces objectifs, il est question, notamment de renforcer les capacités des structures et du personnel de lutte, d’assurer la coordination de structures chargées de poursuite, entre autres.

A noter que le projet de stratégie nationale de lutte contre la RTEV cadre avec des efforts en cours au sein du G5 Sahel et de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour assurer, dans les espaces respectifs, une sécurité collective inclusive et dynamique.

Daniel KOURIBA

MALIACTUCrise maliennemaliweb net
Elle permettra de contribuer à la prise de toutes les mesures nécessaires pour poursuivre tous les acteurs et complices de crime de RTEV commis à l’intérieur comme à l’extérieur du pays Les rideaux sont tombés, le vendredi 23 décembre dernier au Grand Hôtel de Bamako, sur l’atelier de validation du...