Après Human Rights Watch, la MINUSMA cite encore « des chasseurs traditionnels » dans ce massacre

 

La Minusma a rendu public son enquête sur la tuerie du 14 février dernier à Ogossagou. Selon ce rapport il en ressort que l’attaque était « vraisemblablement planifiée et ciblait la partie du village d’Ogossagou ». S’agissant de l’identité des assaillants, les enquêteurs de l’ONU parlent de plusieurs individus « dont certains identifiés comme des chasseurs traditionnels, appuyés par des hommes en tenue militaire ».

Les conclusions de la mission d’enquête spéciale sur les graves atteintes aux droits de l’homme commises à Ogossagou le 14 février 2020 sont connues.  Selon le rapport publié hier, les assaillants ont exécuté au moins 35 personnes. Parmi les victimes se trouvaient des enfants. A ce jour, 19 personnes, toutes du village, sont toujours portées disparues depuis l’attaque. En effet, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) conformément à leur mandat de promotion et protection des droits de l’homme ainsi que de la protection des civils, ont mené une enquête suite aux allégations de graves atteintes aux droits de l’homme ayant eu lieu le 14 février 2020 à Ogossagou. La MINUSMA a (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU VENDREDI 20 MARS 2020

KADAOSSO I.

NOUVEL HORIZON

MaliwebCrise malienne
Après Human Rights Watch, la MINUSMA cite encore « des chasseurs traditionnels » dans ce massacre   La Minusma a rendu public son enquête sur la tuerie du 14 février dernier à Ogossagou. Selon ce rapport il en ressort que l’attaque était « vraisemblablement planifiée et ciblait la partie du village d’Ogossagou ». S’agissant de...