Jamais la question de la préservation de la souveraineté du Mali, n’avait suscité autant de passion dans le pays qu’au cours des derniers mois de juin à aout 2017.

Mohamed Ibn Chambas Nations Unies onu ibrahim boubacar keita president malien ibk visite audience

L’opposition de la « Plateforme Antè a Bana, Touche pas à ma Constitution » au projet de révision constitutionnelle était fondée en grande partie sur la vérité que Mali n’était pas maitre dans les parties septentrionale et centrale de son territoire.

En dépit de toutes les dénégations, des faux fuyants du régime sur ce constat, l’Etat malien ne semble faire montre d’aucune capacité, voire de leadership ni pour rassurer ses citoyens, ni pour rassurer la communauté internationale. Seules les incantations et autres faux-fuyants servent de réponses du gouvernement aux Maliens.

En demandant au Conseil de Sécurité des Nations Unies l’instauration d’un régime général de sanctions contre ceux (signataires) qui s’opposeraient à la mise en œuvre de l’accord conclu en Algérie en 2015, le régime IBK ne s’attendait pas à subir des critiques sévères, voire une mise au pilori de la part de la communauté internationale.

La Résolution 2374 (2017) est un exemple dans le genre.

En effet dans sa résolution 2374 (2017) adopté le 5 septembre, le Conseil de Sécurité des Nations unies rappelle son attachement à la souveraineté, à l’unité et l’intégrité territoriale du Mali, mais insiste sur le fait que c’est avant tout aux autorités maliennes qu’il incombe d’assurer la stabilité et la sécurité sur l’ensemble du territoire malien.

Il souligne qu’il importe que le pays prenne en main les initiatives en faveur de la paix et de la Sécurité.

Quiconque aurait suivi les arguments de la « Plateforme Ante A Bana, Touche pas à ma Constitution » contre le projet de révision constitutionnelle dans notre pays, ne sera pas dépaysé face aux termes employés par l’ONU dans ses préoccupations concernant le gouvernement du Mali et surtout la caractérisation de la situation sécuritaire du Mali.

Non seulement le gouvernement est vertement réprimandé dans la présente résolution, pour manque d’initiatives et de leadership, mais il est également mis à l’index pour manque de progrès accomplis dans la mise en œuvre de l’accord en ce qui concerne les dispositions portant sur la défense et la sécurité.

Pour le conseil de Sécurité, l’incapacité du gouvernement à restructurer le secteur de la sécurité, entrave les efforts, dont ceux de la communauté internationale, visant à rétablir la sécurité, l’autorité de l’Etat et la prestation des services sociaux de base.

A certains égards cette résolution est une condamnation du folklore fait autour d’un prétendu retour du Gouverneur du Mali à Kidal, retour dit de petits pas sans la sécurité et la défense nationale et le corps administratif décimé par la rébellion en mai 2014.

Sur le constat de l’insécurité, le Conseil de sécurité soulignant la responsabilité première du gouvernement malien, déclare ses préoccupations par la précarité des conditions de sécurité, en particulier l’expansion des activités terroristes et autres activités criminelles dans le centre et le Sud du Mali.

Pire le Conseil de sécurité note l’intensification des activités criminelles telles que le trafic de drogues et la traite d’êtres humains dans l’ensemble du pays.

A propos du dossier de trafic de drogues, des observateurs s’attendent d’ailleurs à des développements ultérieurs qui pourraient inquiéter nombre de gens dans le système en place selon certaines indiscrétions.

Davantage mis à l’index, le Conseil de sécurité tient pour établie que la situation du Mali a des répercussions sur la paix et la sécurité sur l’ensemble de la région Afrique de l’ouest et du nord.

La mise au pilori de notre gouvernement ne s’arrête pas là, le conseil de sécurité fait observer, chose vue et/ou constatée, que l’impunité favorise au Mali une atmosphère de corruption propice au trafic et d’autres activités criminelles et contribue ainsi à l’instabilité et à l’insécurité. Afin d’y mettre fin, il engage le gouvernement du Mali à se doter de moyens de répression nécessaires, qui doivent au-delà du discours cosmétique en cours sur la question.

La condamnation des activités terroristes dans notre pays est soulignée et le gouvernement n’est pas loin de porter le chapeau, en raison de la libération des terroristes notoires pour se conformer aux objectifs politiques d’alors de l’ami François Hollande.

Aussi une mise en garde à peine voilée est-elle faite au gouvernement «… se déclarant à nouveau disposer à sanctionner, au titre du régime susmentionné et conformément aux critères arrêtés pour l’inscription sur la Liste, d’autres personnes, groupes, entreprises et entités qui sont associés à l’EIIL(Daech) , Al qaida ou à d’autres entités ou personnes inscrites sur la Liste, notamment AQMI, AL-Mourabitoun et Ansar Eddine. »

Les Maliens savent les noms ceux de leurs compatriotes qui peuvent être concernés par ces lignes et quelles sont les initiatives de « médiation » en cours en leur direction.

Tout au long de cette résolution, le Conseil de sécurité n’a de cesse de mettre en exergue, la responsabilité première des autorités maliennes, dans la stabilisation de l’Etat, la défense du territoire, la sécurité et la protection des populations.

Toute chose que la Plateforme Antè A Bana, Touche pas à ma Constitution, avait fait son cheval de batail ces trois derniers mois à coup de marches et de meeting.

En concédant un régime général de sanction pour la mise en œuvre de l’Accord d’Alger, le Conseil de Sécurité a voulu mettre les points à l’endroit sur l’incapacité, voire l’inefficacité du Gouvernement malien à défendre les frontières maliennes, à assurer la sécurité et la protection des populations.

C’est dire que le Président IBK, au sortir de cette Résolution, est aujourd’hui un Président assiégé.

Et il l‘est doublement, par une opinion nationale alerte résolument remontée face à tant de rendez-vous manqués, mais également par une opinion régionale qui désespère de voir une amélioration de la situation du Mali.

Après quatre ans de sommeil profond et d’amusement dans toutes les galeries, au réveil, les autorités maliennes se rendent compte qu’elles sont devenues un des problèmes de leurs compatriotes et celui de toute la région Afrique de l’Ouest.

On peut dire que derrière cette résolution, il y a comme un air d’arroseur arrosé !

Souleymane Koné

Ancien Ambassadeur

MaliwebCrise malienne
Jamais la question de la préservation de la souveraineté du Mali, n’avait suscité autant de passion dans le pays qu’au cours des derniers mois de juin à aout 2017. L’opposition de la « Plateforme Antè a Bana, Touche pas à ma Constitution » au projet de révision constitutionnelle était fondée...