Jusqu’au aujourd’hui, le village de Farabougou est sous siège terroriste, malgré la présence des forces armées malienne dans la ville assiégée. Une équation difficile à résoudre pour les plus hautes autorités du Mali, puisque les djihadistes selon la succession des évènements ont déjà implanté leur tentacule à Farabougou au plus grand malheur des habitants.

 

Selon les sources de journalistes, les groupes terroristes maintiennent toujours leur blocus et campent à trois kilomètres de Farabougou. En plus de ce village, les assaillants étendent leur emprise sur d’autres localités de la commune. Ce qui est une information presque évidente, car les terroristes sont déjà maitres de la zone, depuis plus d’une année. Pire, ils se cachent en plus pour piller les maigres ressources des habitants qui ont le courage de rester malgré la grande menace.
Selon une source du village de Farabougou, les djihadistes ont emporté plus de 3000 têtes d’ovins et de caprins.
« Nos cultures sont actuellement à la merci des oiseaux et autres prédateurs. Souvent, les djihadistes eux-mêmes en font des prélèvements à leur guise. Nos champs de tubercules, notamment des pommes de terre et des patates douces sont dévastées par eux. Quand nous avions vu les premiers militaires, l’espoir a commencé à renaitre. Mais hélas, car eux aussi ne semblent pas avoir le courage de s’aventurer au-delà du village par voie terrestre. Ils viennent nous donner la nourriture par avion et font tout ici par la voie aérienne », a-t-il déploré.

Selon des sources officielles, de nombreux militaires sont quotidiennement héliportés à Farabougou, pour sécuriser la population des terroristes qui assiègent le village.
C’est d’ailleurs dans ce cadre que le 1er vice-président de la transition, Colonel Assimi Goita, non moins commandant des forces spéciales, a effectué un déplacement dans la zone pour rassurer la population locale. Si cette dernière est rassurée par la présence militaire, elle n’est toujours pas tirée d’affaire. Car les groupes terroristes campés à quelques distances de là continuent à maintenir le blocus sur le village.

En plus de Farabougou, d’autres localités de la commune sont sous l’emprise des groupes terroristes, selon des sources concordantes dans la localité. Il s’agit de Bourouko, Tinèwèle, Biguiwèrè, Namarawèrè et N’Dywèrè. Selon des sources locales, de nombreux habitants de ces localités ont évacué leurs villages, fuyant ainsi les exactions des assaillants. Bien que des raids aient été signalés dans la zone, au cours du weekend dernier, force est de constater que la menace terroriste est toujours réelle.
La réalité du vécu quotidien des populations de Farabougou et ses environs dénote toute la complication de la guerre contre les forces du mal au Mali malgré la volonté des partenaires d’accompagner Bamako à sortir rapidement du gouffre. En tout état de cause, malgré la présence de la communauté internationale avec des moyens militaires colossaux déployés, la situation ne pousse guère à l’optimisme.
Nous pensons que les opérations spectacles de l’armée ne sont pas comme celle menée dans le cadre de ‘’Farabougou Ka lafia’’ ne sont pas suffisantes pour atteindre le bout du tunnel. Il faut aller au-delà !

PAR CHRISTELLE KONE

Source : INFO-MATIN

MaliwebCrise malienne
Jusqu’au aujourd’hui, le village de Farabougou est sous siège terroriste, malgré la présence des forces armées malienne dans la ville assiégée. Une équation difficile à résoudre pour les plus hautes autorités du Mali, puisque les djihadistes selon la succession des évènements ont déjà implanté leur tentacule à Farabougou au...