A la fin de sa visite au Mali, la haute représentante/vice-présidente de la commission de l’Union Européenne, Mme Federica Mogherini, a co-animé une conférence de presse,  mercredi, avec   le ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Tiéblen Dramé.

Sécurité, justice et développement au Centre du Mali, ont été les sujets débattus avec les hommes de média par ces deux personnalités.

« J’ai eu la possibilité d’échanger avec les communautés pour comprendre les dynamiques locales. La lutte au Centre du Mali n’est pas prioritairement que militaire. Nous allons soutenir le gouvernement du Mali dans ses approches sécuritaires, de justice et le retour des services sociaux de base pour le  développement  » a déclaré Mme Mogherini.

Selon elle, l’appui de l’Union Européenne continuera sur la base  des efforts fournis par le gouvernement malien. Pour la simple raison, que l’UE a constaté la volonté politique du Mali pour le retour de la paix dans les zones d’insécurité.

Après avoir souligné que leur organisation partage le sens d’urgence, elle dira que le sahel et particulièrement le Mali est fondamental pour la stabilité de toute l’Europe.

Durant sa courte visite au Mali, la 2ème du genre, la haute représentante de l’UE s’est dite très satisfaite. D’ailleurs, elle s’est réjouie de la franchise et la sincérité  des échanges dont elle a eu avec les plus hautes autorités maliennes.

A ses dires, les échanges avec les autorités maliennes ont porté sur la gestion de l’enveloppe additionnelle de 138 millions d’euro, le retour de l’Administration au centre, la justice et un soutien spécifique au Mali pour la réussite du dialogue politique inclusif.

Précédemment, le ministre Dramé, dans son intervention a  d’abord  remercié et salué l’Union Européenne pour ses mesures d’accompagnement du Mali. «  En 2012, nous avons eu une exceptionnelle mobilisation de la communauté internationale, avec au 1er rang l’Union Européenne pour nous soutenir dans le cadre de la sortie de crise » a-t-il rappelé.

En plus, le chef de la diplomatie européenne a annoncé que l’UE a octroyé une enveloppe budgétaire de 138 millions d’euro à la force conjointe de G5Sahel. Soutenant que ce qui se joue au Mali et dans tout le sahel est la stabilité de toute l’Europe, il dira que le Mali ne faillira pas à mettre en œuvre des stratégies pour pérenniser la confiance avec l’UE.

En marge de ces introductions liminaires, les deux conférenciers ont également apporté des réponses à plusieurs préoccupations des hommes de média.

En effet, les interrogations ont porté essentiellement sur le regard de l’Union Européenne par rapport à la force conjointe le G5Sahel, la réticence des Etats-Unis pour financer cette organisation sous régionale et le processus de mise en œuvre de l’accord pour la paix et réconciliation  au Mali et le bilan que l’UE tire de ses interventions au Mali.

Par rapport au G5Sahel, Mme Mogherini dira que l’initiative de cette organisation a été très ambitieuse et intelligente. «  Il y’a une opérationnalisation complète à achever » a-t-il déclaré.

Par rapport à la mise en œuvre de l’accord, il dira qu’ « il y’a eu des progrès ». Mais, dit-elle, il faut accélérer le processus de mise en œuvre de l’accord.

Par Moïse Keïta

Source: Le Sursaut

MaliwebCoopérationCrise malienne
A la fin de sa visite au Mali, la haute représentante/vice-présidente de la commission de l’Union Européenne, Mme Federica Mogherini, a co-animé une conférence de presse,  mercredi, avec   le ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Tiéblen Dramé. Sécurité, justice et développement au Centre du Mali, ont été...