Le président du Mouvement Tekki, Mamadou Lamine Diallo n’a pas été tendre avec la Cedeao qui a imposé des sanctions au peuple malien.
Dans ses débats économiques du mardi, il met à nu les faiblesses de l’institution. « La charte de bonne gouvernance de la CEDEAO est dépassée. La CEDEAO ne peut pas, sur cette base, imposer des sanctions inhumaines au peuple malien pour un coup d’État effectué par un militaire. Alors que quand c’est un coup d’Etat effectué par un civil comme Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire, soutenu par des militaires, la CEDEAO ferme les yeux », fait savoir le député.  
De l’avis de ce dernier, « Il faut un sursaut patriotique lucide de la classe politique. En 2011, lors d’un séminaire à Bamako sur la question du Nord organisé par le Parena, le chercheur français Burgeot avait lancé cette phrase: “il est temps d’organiser un espace économique viable pour l’Azawad”.
 On connaît la suite. En 2011, la France avait parié sur IBK, l’imposant comme Président de la République, ce fut un échec. Churchill disait que quand on va vers l’enfer, il faut continuer.  
En attendant, prions pour le repos de l’âme de IBK », indique Mamadou Lamine Diallo dans une note parcourue par Seneweb.
MaliwebCrise malienne
Le président du Mouvement Tekki, Mamadou Lamine Diallo n’a pas été tendre avec la Cedeao qui a imposé des sanctions au peuple malien. Dans ses débats économiques du mardi, il met à nu les faiblesses de l'institution. « La charte de bonne gouvernance de la CEDEAO est dépassée. La CEDEAO...