Il n’y a plus aucun doute, à Sobane-Da, selon un rapport de la Minusma, contrairement aux allégations du maire, ce sont 35 personnes qui ont trouvé la mort. C’est donc le gouverneur d’alors, le Général de Brigade Sidi Touré, qui avait raison.

D’ailleurs, qu’est-ce qu’il gagnait à mentir sur le nombre de mort de Sobane-Da, alors que quelques mois auparavant, il avait entouré le bilan d’Ogassagou (et d’autres drames) de la plus grande transparence ? Quel intérêt avait-il à mentir sur un bilan qui aurait fini, tôt ou tard, par se savoir ?

Il a donc été vilipendé, relevé, comme c’est souvent le cas dans ce pays, pour d’autres raisons. Nous attendons des excuses ou, en tout cas, une réhabilitation de la part de ceux qui se croient tout permis. D’ici là, sachez qu’ils que, selon un rapport d’enquête de la Minusma publié jeudi 8 août 2019, «35 membres de la communauté dogon ont été tués» dans l’attaque de Sobane-da.

«Une trentaine de jeunes peuls des villages voisins a été identifiée par des témoins» au cours de cette attaque. Trente-deux (32) personnes ont été brûlées ou asphyxiées, 3 tuées par balles et 289 villageois réfugiés à Koundou et Sorou y sont toujours» selon les enquêteurs.

«Aucune indication n’a permis de démontrer que l’attaque a été menée pour des motifs religieux», a précisé la Minusma au terme de l’enquête. «La condamnation des auteurs de ces crimes est la condition sine qua non d’un retour à la paix et au vivre ensemble au Centre Mali», selon Annadif, le Représentant du Secrétaire général de l’ONU au Mali.

M.T Nouvelle Libération

Source : Nouvelle Libération

 

MaliwebCrise maliennemaliweb
Il n’y a plus aucun doute, à Sobane-Da, selon un rapport de la Minusma, contrairement aux allégations du maire, ce sont 35 personnes qui ont trouvé la mort. C’est donc le gouverneur d’alors, le Général de Brigade Sidi Touré, qui avait raison. D’ailleurs, qu’est-ce qu’il gagnait à mentir sur le...