Le G5 Sahel dont les travaux de la 7è session ordinaire de la Conférence des chefs d’État, se sont ouverts, lundi à N’Djamena, au Tchad, a apporté son appui au processus de négociation avec les groupes armés initié par le président de la Transition Bah N’Daw.

 

“Nous soutenons les efforts de dialogue politique entre le gouvernement de la Transition dirigé par le président Bah N’Daw et les différentes parties pour la mise en oeuvre de l’Accord d’Alger pour la paix et la réconciliation au Mali. Nous suivons avec une grande attention les conclusions des travaux du Comité de suivi de l’Accord et exhortons tous les acteurs maliens à travailler pour une paix durable dans ce pays frère”, a souligné le maréchal Idriss Deby Itno, nouveau président en exercice de l’Organisation sahélienne.

La situation sécuritaire difficile que traverse le Mali n’a pas laissé indifférent le G5 Sahel. “La paix au Mali doit constituer un point majeur de notre préoccupation prioritaire et de développement du G5 Sahel. La consolidation de la paix et de la sécurité dans le Sahel reste la condition sine qua non pour la réussite de notre entreprise,” a rappelé le président en exercice.

Les efforts diplomatiques, sous l’égide du président de la Transition, Bah N’Daw, pour sensibiliser ses pairs sur les enjeux, d’une part, de la Transition et, d’autre part, l’adhésion des chefs d’État du G5 Sahel au processus de négociation avec les groupes armés terroristes et djihadistes ont porté fruit.

Les rideaux sont sont donc tombés sur la 7è session ordinaire de la Conférence des chefs d’État du G5. Le président en exercice sortant, le Mauritanien Mohamed Ould Cheikh Ghazouani a passé le drapeau de l’organisation à son homologue du Tchad, le maréchal Idriss Deby Itno, qui présidera aux destinées de l’Organisation sahélienne pour un mandat. Ce dernier a remis le drapeau au secrétaire exécutif du G5 Sahel, Maman Sambo Sidikou.

Le président tchadien s’est réjoui de la confiance de ses pairs pour la 2è fois. “Le Tchad a l’honneur d’assurer la présidence du G5 Sahel et il exercera ce mandat avec le concours de tous, car depuis la naissance de notre organisation, tout le monde a fait montre d’une solidarité sans faille”, a souligné le nouveau président en exercice. “Notre détermination et engagement à soutenir le G5 Sahel n’ont jamais fait de doute. Nous avons toujours oeuvré à l’unisson quand il a été question de prendre les grandes décisions pour la survie et la bonne marche de notre institution”, a fait remarquer le maréchal Idriss Deby Itno.

SUCCÈS DIPLOMATIQUE DU MALI – Le nouveau président en exercice de l’Organisation sahélienne est conscient des enjeux et défis qui l’attendent pour son 2è mandat. “Avec ce sommet, nous entrons dans la 2è année d’un contexte extrêmement difficile de l’existence de notre organisation. Contexte marqué par cette pandémie de Covid-19 qui nous déclare une guerre sans merci. Autant nous faisons face au terrorisme avec une grande détermination, autant notre combat contre la Covid-19 se fera avec la même determination”, a déclaré le président Idriss Deby Itno.

Le sommet de Pau, de l’année dernière a marqué une étape cruciale dans le partenariat du G5 Sahel. Il a donné une grande impulsion aux orientations et actions de lutte contre le terrorisme et le développement dans le Sahel. “Nous nous réjouissons des résultats obtenus en si peu de temps, grâce à la feuille de route que nous avons adopté ensemble et à la fréquence de son suivi”, a dit le chef de l’Etat tchadien.

Il a salué l”’action exemplaire de la Task Force Takuba et de Barkhane qui constituent la preuve de la mutualisation des efforts que nous appelons de tous nos voeux”, ajoutant que la Coalition pour le Sahel est un instrument clé du partenariat du G5 et “qui nous permettra de mutualiser efficacement nos efforts, mobiliser nos ressources et coordonner nos initiatives pour cette lutte”.

POIDS DE LA DETTE – Idris Deby Itno a précisé qu’en matière de lutte contre le terrorisme, la stratégie militaire de l’organisation sahélienne “gagnera en efficacité si la force conjointe G5 Sahel et les forces armées des pays membres du G5 Sahel montent en puissance”. Selon lui, la force conjointe G5 Sahel reste le point central du dispositif sécuritaire régionale.

Le président tchadien a invité les États membres à s’atteler à une autonomisation complète de la force conjointe G5 Sahel en la dotant de moyens financiers et logistiques propres. “C’est à cette condition qu’elle pourra développer toutes ses capacités opérationnelles réelles sur le terrain”, a-t-il souligné.

“La situation socio-économique de nos pays n’est pas très reluisante et ne permet pas de faire face seuls et, surtout, efficacement aux grands défis actuels. Le poids de la dette se fait sentir et plombe nos efforts de développement. Nos plans de développement peinent à atteindre le taux d’exécution escompté, faute de financements conséquents”, a fait constater le nouveau président en exercice du G5 Sahel.

Face à tous ces défis, il a appelé les pays membres “à réagir spontanément et vite”. “À propos des solutions idoines de sortie de crise, l’annulation de la dette est une piste que nous devons explorer. La mobilisation de financements conséquents pour la mise en oeuvre de projets et programmes inscrits dans les principaux instruments de développement du G5 Sahel doit constituer l’une de nos principales priorités”, a conclu le président en exercice avant de déclarer clos les travaux de la session.

Source : (AMAP) 

MaliwebCoopérationCrise malienne
Le G5 Sahel dont les travaux de la 7è session ordinaire de la Conférence des chefs d’État, se sont ouverts, lundi à N’Djamena, au Tchad, a apporté son appui au processus de négociation avec les groupes armés initié par le président de la Transition Bah N’Daw.   “Nous soutenons les efforts...