Au moins six personnes dont quatre gendarmes maliens et  deux civils, ont été tuées et de « nombreuses » autres blessées lors des affrontements entre les orpailleurs maliens et guinéens,  le lundi 26 novembre  2017, à la frontière des deux pays. A l’origine, un tiraillement sur la paternité d’une zone minière située à la frontière entre les deux pays. Pour faire le point sur la situation, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Général Salif Traoré, accompagné du  ministre de l’Administration territoriale, Tiéman Hubert Coulibaly ont  rencontré la presse, le vendredi 1er décembre 2017.

C’est un conflit consécutif à l’exploitation minière d’un site situé entre le village malien de Niaouleni et un autre village guinéen qui a donné lieu à ces affrontements entre les orpailleurs des deux pays. Ces affrontements ne sont ne pas une première dans cette zone aurifère à cheval sur le nord-est de la Guinée et le sud-ouest du Mali.

Selon le général Salif Traoréce sont des assaillants venus de la guinée qui ont attaqué le 25 novembre  le  poste de gendarmerie de  Niaouleni  composé de cinq gendarmes avant  de s’en prendre au domicile du Chef de village. Face à l’ampleur de l’attaque, les gendarmes maliens se sont repliés en alertant Bamako. Les autorités ont alors  décidé de l’envoi du renfort dans la zone. Mais, à en croire le ministre Traoré, ce même renfort tombera dans une embuscade le 26  novembre  « quatre membre de la gendarmerie, dont l’adjoint au commandant de compagnie de Kati  ont trouvé la mort lors d’une opération de sécurisation des populations sur le site d’exploitation minière de Niaouleni », une localité malienne située à la frontière guinéenne. Ils ont été victimes de tirs de la part des ressortissants guinéens, affirme le ministre. Il précise  qu’à aucun moment les  gendarmes maliens n’ont franchi la frontière  et que tous les évènements se sont déroulés sur le territoire national du Mali.  Des renforts  supplémentaires de  la Garde nationale et  de l’Armée ont été envoyés sur place  pour rétablir l’ordre.

Autre mesure prise pour le retour de la quiétude dans la zone, selon le ministre, est la reprise du dialogue entre les autorités maliennes et guinéennes au plus haut niveau pour parvenir à l’apaisement.

Pas de contentieux entre le Mali et la Guinée

Pour le ministre de l’Administration territoriale, Tiéman Hubert Coulibaly, il faut que les choses soient claires pour tout le monde. «  Il n’y a pas de conflit territorial entre la Guinée et le Mali », souligne  Coulibaly.  Pour  le ministre de l’Administration territoriale, ce qui s’est passé à Niaouleni est un incident entre les orpailleurs  et non un  contentieux entre  deux Etats « Le Mali et la Guinée entretienne des liens séculiers qui doivent perdurer » a-t-il déclaré

Les discussions ont également été engagées pour trouver une solution administrative à ce problème qui dure depuis des années. A cet effet, Tiéman H Coulibaly annonce qu’il rencontre, le lundi 4  décembre à Kankan, son homologue guinéen. Cette rencontre a  comme enjeu   principal, la prise des mesures afin que le calme revienne dans cette zone frontalière de manière durable.

En outre, le ministre Coulibaly annonce la matérialisation prochaine de la frontière. A l’en croire, des rencontres ont déjà eu  lieu entre  les services concernés des deux pays. « Cette matérialisation  des frontières permettra, sans doute, de réduire fortement les risques de conflitsLa Guinée et le Mali sont des pays frères, deux poumons d’un même corps», affirme le ministre Tiéman.

Hamadi

 

Source: Infos Soir

MaliwebCrise malienne
Au moins six personnes dont quatre gendarmes maliens et  deux civils, ont été tuées et de « nombreuses » autres blessées lors des affrontements entre les orpailleurs maliens et guinéens,  le lundi 26 novembre  2017, à la frontière des deux pays. A l’origine, un tiraillement sur la paternité d’une zone minière située...