Le camp de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali et de l’opération Barkhane basé à Tombouctou a fait l’objet d’une attaque samedi. Bilan : un mort du côté de la Minusma et une vingtaine de blessés.

Selon l’AFP, au moins un casque bleu a été tué lors d’échanges de tirs contre les assaillants, un bilan provisoire communiqué par la Minusma, qui mentionne également une vingtaine de blessés chez les casques bleus et les personnels civils.
A l’hôpital de Tombouctou, six civils, dont un enfant de 10 ans, ont été pris en charge.
Selon Yéhiya Tandina, journaliste à Tombouctou, cité par l’AFP, sur les lieux, au niveau du virage de l’aéroport, l’on sentait la panique dans les rangs de la Minusma avec des tirs nourris.
Selon L’AFP, l’attaque aurait commencé aux environs de 14h, par des tirs de roquette et d’obus en direction du camp militaire de la Minusma à Tombouctou.
Quelques instants plus tard, poursuit l’AFP, deux véhicules chargés d’explosifs, occupés par des assaillants équipés de casques bleus, d’après des informations communiquées par le ministère de la sécurité et de la protection civile, ont tenté de pénétrer à l’intérieur du camp. L’un d’entre eux, aux couleurs des forces armées maliennes, est parvenu à franchir le premier chekpoint, avant de se faire exploser. Le deuxième, siglé du symbole des Nations unies, a été immobilisé.
Le Mali qui fait face au terrorisme transfrontalier doit aussi faire face au banditisme résiduel dont les conséquences sont aussi dévastatrices car elles annihilent tout effort de développement. Si la lutte contre le terrorisme et les attaques des groupes rebelles se fait ou doit se faire à travers une action concertée entres les forces de défense et de sécurité du Mali et celles constituées par la coalition internationale, le banditisme domestique est exclusivement l’affaire des autorités maliennes. Toute faiblesse à ce niveau, remet en cause la politique nationale en matière de sécurité et de protection civile.
Dans tous les cas, le Mali est, devenu, le refuge du banditisme armé. Une situation qui inquiète populations et autorités du pays.

Idrissa Sako

Les echos

MaliwebCrise malienneNord-Maliminusma,Opération Barkhane
Le camp de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali et de l’opération Barkhane basé à Tombouctou a fait l’objet d’une attaque samedi. Bilan : un mort du côté de la Minusma et une vingtaine de blessés. Selon l’AFP, au moins un casque bleu a...