Hier partenaire-clé de Bamako, l’ancienne puissance coloniale est désormais persona non grata et s’apprête à quitter le pays d’ici quelques semaines. La France entend désormais tirer les leçons de cet engagement pour éviter les écueils passés

Poussée hors du Mali après neuf ans de lutte antijihadiste, l’armée française veut continuer à coopérer avec le Niger et d’autres pays du Sahel et d’Afrique de l’Ouest, mais plus discrètement par souci d’acceptabilité, et dans un périmètre qui reste encore flou.

Hier partenaire-clé de Bamako, l’ancienne puissance coloniale est désormais persona non grata et s’apprête à quitter le pays d’ici quelques semaines. La junte au pouvoir depuis 2020 a poussé dehors l’armée française et a fait appel aux Russes, via la sulfureuse société paramilitaire Wagner.

Le bilan est mitigé: si l’opération Barkhane, qui a succédé à l’opération Serval en 2013, a obtenu de beaux succès tactiques en supprimant de nombreux chefs jihadistes et en entravant la marge de manoeuvre des groupes armés, l’Etat malien n’a jamais transformé l’essai en apportant des réponses politiques. Conséquence: les violences continuent de s’intensifier et le sentiment anti-français a gagné du terrain.

La France entend désormais tirer les leçons de cet engagement pour éviter les écueils passés. “Nous avons certes fait monter en puissance l’armée malienne, mais nous avons parfois agi à sa place. C’est terminé”, confie à l’AFP le commandant de Barkhane, le général Laurent Michon, qui sera remplacé en août par le général Bruno Baratz.

“On change de paradigme, avec une présence partenariale plus discrète. Aujourd’hui, se déployer avec une armada n’est plus dans l’air du temps”, résume le colonel Hubert Beaudoin, sous-chef opérations de Barkhane.

Désormais l’armée française offrira son soutien, mais en deuxième ligne. Une manière de réduire la visibilité de son action, qui agit comme un irritant dans les sociétés africaines, tout en maintenant une présence dans cette zone d’influence historique.

Une fois désengagée du Mali, la France aura divisé par deux sa présence au Sahel en ne maintenant que 2.500 militaires environ dans la région. Au Niger, nouveau partenaire privilégié, les Français maintiendront plus d’un millier d’hommes, une antenne chirurgicale – auparavant déployée à Gao – et des capacités aériennes (3 avions de chasse, 6 drones armés, 4 à 6 hélicoptères) pour fournir un appui feu et du renseignement à leurs partenaires.

Compétition stratégique

Un PC dédié s’occupera depuis Niamey de gérer le “partenariat de combat” entre les forces armées nigériennes (FAN) et quelque 250 soldats français, déployés ensemble depuis un an à proximité de la frontière avec le Mali où les Nigériens ont établi une série de postes militaires.

“Aujourd’hui on inverse complètement la relation partenariale: c’est le partenaire qui décide de ce qu’il souhaite faire, des capacités dont il a besoin et qui commande lui-même les opérations effectuées avec notre appui”, explique le général Hervé Pierre, commandant du PC Partenariat. “C’est la meilleure des voies pour continuer à agir efficacement à leurs côtés sans alimenter les délires de certains sur les réseaux sociaux”, insiste-t-il.

L’état-major est en revanche peu disert sur les autres coopérations à la carte (partenariat de combat, formation, conseil, appui) proposées aux pays de la région, notamment aux pays du golfe de Guinée (Bénin, Togo…). “Des échanges sont en cours entre les capitales africaines, Paris et les capitales européennes”, commente seulement le commandant de Barkhane.

Volonté de discrétion pour ne pas bousculer les partenaires potentiels, mais aussi manque de directives claires de l’exécutif français sur la suite des opérations, note un officier: “On attend les ordres du politique. Entre la présidentielle et les législatives, c’est compliqué”.

L’état-major français de l’opération qui succèdera à Barkhane sera pour l’heure maintenu à N’Djamena, au Tchad, avec lequel la France a un accord de défense. Mais ses effectifs seront allégés.

Quant au Burkina Faso, où 34 civils ont encore été tués au cours du week-end, il est “preneur de notre aide mais reste frileux de nous voir densifier notre présence terrestre au-delà de Sabre”, un contingent de forces spéciales françaises basé dans la région de Ouagadougou, souligne un haut gradé.

Au-delà d’aider à contenir les violences jihadistes qui menacent de s’étendre jusqu’au golfe de Guinée, l’enjeu pour Paris du maintien d’une présence militaire française est d’éviter un déclassement stratégique, à l’heure d’une compétition accrue sur la scène internationale. En Afrique de l’Ouest, les Russes mènent une stratégie agressive d’influence à coup de campagnes massives de désinformation anti-française.

“Les attaques menées par Wagner sur les réseaux sociaux dépassement largement le Mali et se répandent en Afrique”, avertit le renseignement militaire de Barkhane. “On a redécouvert ce danger mais c’est un des ressorts de la guerre”. Or “la France, acteur diplomatique et militaire incontournable dans la région, justifie en Afrique de l’Ouest comme nulle part ailleurs dans le monde son statut de puissance moyenne d’influence globale”, fait valoir dans un récent rapport Elie Tenenbaum, chercheur à l’Institut français des relations internationales (Ifri).

Source: seneplus