Invité du débat politique de la radio Kledu, Choguel Kokalla Maïga, a pointé la responsabilité première du gouvernement dans l’enlisement de la crise sécuritaire. Il s’est positionné en fervent opposant aux manifestations contre la France.

L’émission de débat animé par Kassim Traoré recevait le jeudi 18 juillet le président du MPR, Choguel Kokalla Maïga. L’homme politique de l’opposition a mis le gouvernement devant ses responsabilités face à l’insécurité grandissante au Mali.

De récentes déclarations de certaines personnalités du pouvoir alimentent les théories complotistes des puissances étrangères. Mais pour l’ancien ministre de la communication, cette posture n’est pas crédible.

« Si vous subissez réellement des pressions de la communauté internationale, dites alors la vérité aux populations, affirme-t-il. Je remarque que plusieurs activistes insultent maintenant la France et réclament le départ de son armée. Parmi ces gens, il y a en qui sont des militants du pouvoir. Au lieu de ce vacarme, il suffit juste de dire la vérité au peuple », estime-t-il.

D’après lui, « la France est venue nous aider. Leurs soldats sont morts pour la libération de notre pays. Ne n’oublions pas ».

Avant de demander des comptes à un pays étranger, les maliens doivent prendre leur destin en mains, suggère celui qui avait un temps été membre du gouvernement au premier mandat d’IBK.

« Quand on parle d’autorités intérimaires, ce sont des maliens qui les ont mis en place. Cela veut dire que quelque part tout le monde a trahi le Mali », indique-t-il avant d’ajouter que « c’est le gouvernement qui dresse la population contre la France ».

Pourtant, selon lui, « ces types de manifestations ne résolvent rien. Si on veut que les choses changent, la population doit se mobiliser pour exiger la solution des problèmes à leurs gouvernants sans s’en prendre à la France »

Source: Malivox

MaliwebCrise maliennemaliwebPolitique
Invité du débat politique de la radio Kledu, Choguel Kokalla Maïga, a pointé la responsabilité première du gouvernement dans l’enlisement de la crise sécuritaire. Il s’est positionné en fervent opposant aux manifestations contre la France. L’émission de débat animé par Kassim Traoré recevait le jeudi 18 juillet le président du...