Zoumana Mory Coulibaly, Daouda Coulibaly de Dioïla entre autres en voulaient à mort à Modibo Sidibé pour le positionnement du parti. D’où la scission au second tour de la présidentielle. La réunion houleuse du samedi dernier a semble-t-elle décidé de la position définitive du parti sur l’échiquier politique national.modibo sidibe fare ankawuli

Les présidentielles de sortie de crise devraient permettre de restaurer la dignité des Maliennes et des Maliens. Malheureusement, elles ont mis à nu le grand déballage et l’opportunisme dont a toujours fait preuve une certaine classe politique au Mali.

 

Le président étant désormais connu et qu’il s’apprête à s’installer dans son fauteuil, les partis ambitieux s’emploient à faire le ménage. Il s’agit alors de faire une analyse objective de la situation du parti. Afin de se projeter sur les prochaines joutes électorales notamment les législatives couplées avec les municipales ou les deux séparées. C’est dans cette perspective que le parti Fare soutien de Modibo Sidibé était en réunion le samedi dernier.

 

Pour arriver à cette donne, il faut d’abord laver le linge sale en famille. C’est ainsi qu’à la programmation d’un procès pour le récépissé du parti entre Zoumana Mory et son clan contre le candidat Modibo Sidibé, il y eut un compromis. Désormais cet acte de justice devient une parole classée. Maintenant, il s’agit de réorganiser le parti pour engranger des points positifs. De ce fait, la scission qui avait été provoquée lors de la présidentielle 2ème tour est devenue un petit incident définitivement clos.

 

Pour rappel, Modibo Sidibé avait tenu sa parole d’honneur en appelant ses militants, partisans, et autres soutiens à voter massivement pour le candidat de l’Urd, Soumaïla Cissé. C’était dans le cadre de la plateforme signée entre les protagonistes au sein du FDR. Zoumana Mory depuis Ségou répliquait en demandant à son clan de voter pour IBK. Alors, tout le monde s’attendait à un clash de grande envergure. Surtout qu’il y avait un antécédent entre les deux hommes. Premier ministre, Modibo avait nommé Amadou Togola DG des Douanes du Mali alors que tout le monde avait cru que l’heure de Zou était sonnée pour occuper ce poste qu’il a tant convoité.

 

Connu pour sa fermeté et sa parole donnée, Modibo n’a pas tergiversé, il est resté ferme et humble. Il est parvenu, selon nos sources, à faire revenir ses camarades politiques à la raison. Lors d’une rencontre très houleuse le samedi dernier. Finalement, nous dit-on, il y a eu plus de peur que de mal. Il n’y aura plus de procès et puis le parti a semble-t-il décidé d’assumer sa défaite avec ses alliés comme l’Urd, le Parena, le Pdes, la Fcd, le Pids et le Psp dans une opposition constructive.

 

Pour ce faire, le parti aurait décidé d’enterrer définitivement cette parenthèse et se projeter sur de lendemains encore meilleurs et garantis. Ce qui veut dire que dans les jours à venir, les alliés du FDR doivent se retrouver avec ou sans l’Adéma Pasj pour tracer une ligne directrice à adopter pour les législatives et même pour la gestion du pouvoir transitionnel d’IBK. Le vieux briscard de Sébénikoro en a fortement besoin pour mieux gérer ses 5 ans de fortune.

 

Boubacar DABO     

Source: Zénith Balé

MaliwebDiversmodibo sidibe
Zoumana Mory Coulibaly, Daouda Coulibaly de Dioïla entre autres en voulaient à mort à Modibo Sidibé pour le positionnement du parti. D’où la scission au second tour de la présidentielle. La réunion houleuse du samedi dernier a semble-t-elle décidé de la position définitive du parti sur l’échiquier politique national. Les...