Cher grand-père cela me fait cette semaine, 60 tristes lettres que je t’ai envoyées au village pour t’informer sur le Mali, notre Mali, le Mali de nos enfants de demain. Ce même Mali depuis Kaya Maghan, Naré Maghan, Mari Djata, Kankan Moussa, Samory, Omar Foutiyou, Sékou Ahmad, Da-Monzon, Mamadi Biton, Soni Aliber, Askia Mohamed, Firoune Ag Insar, j’en passe. Ce grand Mali de Mamadou Konaté, Modibo Keita, Dibi Silass, Seydou Badian, Alhassane Mahamane, Amadou Hampathé Ba, Yambo Ouologuèm etc. Oui grand-père, ce Mali des grands hommes et des grands sacrifices. Ce Mali d’une glorieuse histoire et d’un passé envié.

Par contre hélas ! Pour le Mali d’aujourd’hui. Le Mali d’IBK, de Mahamoud Bouyé Ould Cheickana et d’Imam Mahamoud Dicko. Le Mali de Choguel Maïga, de Mountaga Tall, de Mme Sy Kadiatou Sow. Ce Mali qui se trace devant Asseid Ousmane Cherif, le Cardinal Jean Zerbo, Ag Amani, et aussi le général Moussa Traoré, Alpha Oumar Konaré, Amadou Toumani Touré, Amadou Aya, Dioncounda Traoré, j’en passe.

Je suis triste et meurtri de voir le Mali sombrer et tomber aussi bas du Nord au Sud. Je suis écœuré de voir des septuagénaires échouer à établir un dialogue entre eux.

Cher grand-père, c’est triste et écœurant de voir les dirigeants de notre pays, parler et acter par émotion. Oui cher grand-père, à 70 ans, quand les émotions parlent à la place de la raison. C’est juste triste ! Que d’un mépris, soit tracé l’avenir de tout un pays. C’est triste. Ces émotions colériques ont déjà résonné, à Kidal, à Aguelhok, Konna, Ougossago, Sobanada, Bankass, Diabaly. Ça suffit ! Elles ont crié à Sikasso, Kayes, Niono et voilà, elles se dirigent aujourd’hui vers Bamako. Ça suffit ! Elles n’ont rien servi. Place au Dialogue ! Qu’on nous méprise ou qu’on nous glorifie, C’est la patrie qui doit être sauvée. Elle doit être au-dessus des mépris et des louanges.

Et aussi, savoir qu’à 70 ans, muni de tous les pouvoirs, convaincre, nous doit être plus prioritaire que de vaincre. La sagesse comme celle de Dicko et 19 juin doit être notre guide et nos des colères. Allons au Dialogue, une fois de plus pour le Mali.

Cher grand-père, j’ai envie de te dire un truc entre nous deux. On est entre Maliens. Cela nous fait 8 ans qu’on veut un soutien du monde (étatsuniens, onusien, européens et français), contre quelques centaines d’hommes armés. Ras ! Donc ce ne serait pas contre des propres frères que leur soutien servira à quelque chose. Les propos d’une Excellence doivent-être revêtus d’excellence et non des bla-bla d’Harlem ! Suis mon regard.

Cher grand-père, prie pour que le Mali puisse enfin faire la différence entre l’ami et l’ennemi. Entre la Défense et la Sécurité. Prie grand-père, pour que les initiatives cessent de venir des cœurs malades mais des esprits éclairés. Prie grand-père, pour que les regards cessent enfin d’être sur les intérêts personnels pour le Mali de demain. Prie pour que les Maliens se retrouvent en seulement le Mali et non dans les colères, les frustrations ou le pouvoir et ses avantages. Ce qui est sûr, le Mali est entre les mains de Dicko, M’Bouyé et IBK, il sera demain ce qu’ils en feront aujourd’hui. Et l’histoire retiendra. Je retiendrais ! Inch’Allah ! Prie pour le Mali. Et aussi prie pour Soumaïla Cissé ! A mardi prochain dans la paix. Inch’Allah !

Lettre de Koureichy Cissé

 

Source: Mali Tribune

MaliwebDivers
Cher grand-père cela me fait cette semaine, 60 tristes lettres que je t’ai envoyées au village pour t’informer sur le Mali, notre Mali, le Mali de nos enfants de demain. Ce même Mali depuis Kaya Maghan, Naré Maghan, Mari Djata, Kankan Moussa, Samory, Omar Foutiyou, Sékou Ahmad, Da-Monzon, Mamadi...