L’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (APCAM) s’est réunie le 27 décembre 2016 dans ses locaux pour la tenue de son 50ème session ordinaire. Cette session qui s’ouvre dans un contexte où l’économie nationale vient de connaitre son essor au regard des différentes réalisations faites par le monde rural. Les travaux d’ouverture de ladite session étaient présidés par le ministre de l’Agriculture, Kassoum Denon, en présence de son homologue de l’Elevage et de la Pêche, Nando Dembélé, du président de l’APCAM Bakary Togola, ainsi que l’ensemble des représentants du monde rural.

apcam-bakary-togola

Il faut reconnaitre que le secteur agricole constitue un véritable socle  économique du pays, et c’est pourquoi le gouvernement du Mali, à travers ses ministères de l’Agriculture, de l’Elevage, de la Pêche, ainsi que de l’Environnement ne ménagent aucun effort pour accompagner le monde rural dans son processus de développement. La preuve, est que 15% du budget national ont été alloués dans le secteur agricole afin qu’il soit plus performant et que l’agriculture malienne devienne un grenier dans la sous-région.

Pour le ministre Denon, la présente session se tient dans un contexte marqué par : Les bonnes prévisions de la campagne agricole 2016-2017 ; l’augmentation du budget alloué au secteur agricole par le gouvernement de la République ; la mise en œuvre et la réussite du programme présidentiel (1000 tracteurs) subventionnés par le gouvernement de la République ; ainsi que la mise en œuvre progressive de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation. Le président de la République IBK, exprime chaque jour sa volonté inébranlable et sa détermination de soutenir le secteur agricole en général et les producteurs agricoles en particulier et de faire du Mali une véritable puissance agricole dans la zone ouest-africaine.

A cela, il faut ajouter entres autres : la réalisation de 100.000 hectares de terre aménagés à l’horizon 2018 ; l’élaboration d’une loi sur le foncier rural afin de sécuriser les exploitations agricoles familiales ; l’appui aux éleveurs par la mise à leur disposition des doses de semences animales pour la production de lait et de viande de qualité ; l’appui aux pêcheurs par la mise à leur disposition de cases-flottantes pour la promotion de la pisciculture ; le démarrage d’un programme d’agro-industrialisation pour mieux valoriser les productions agricoles.

L’adoption du plan d’orientation de la mandature 2015-2020 est un important outil de travail qui s’articule autour des cinq (5) axes stratégiques à savoir : Renforcer le potentiel productif ; développer la capacité des exploitations ; améliorer l’accès au marché ; renforcer la capacité de la profession à maitriser son avenir et à défendre ses intérêts ; rechercher des ressources financières pérennes pour le réseau des chambres d’agriculture.

Déjà au titre de l’année 2016, l’APCAM a réussi son organisation d’activités d’envergure nationale, sous-régionale et internationale à savoir : La bourse nationale aux céréales, en février 2016 à Ségou ; la participation du Mali au Salon International de l’Agriculture de Paris, en février et mars 2016 ; le Salon International de l’Agriculture de Bamako (SIAGRI), en mars et avril 2016 ; la journée du paysan, en mai 2016 à Baguinéda.

En outre, des réalisations importantes ont été faites au titre de la maitrise d’ouvrage déléguée des projets PAPAM et PASE II, de la poursuite du processus de mise en place des interprofessions filières dont celles du maïs et du riz ont connu leur aboutissement. Cette grande visibilité de l’APCAM au niveau sous-régionale a permis l’élection de son président, Bakary Togola à la tête du Réseau des Chambres d’Agriculture de l’Afrique de l’Ouest (RECAO) lors de sa 7ème Assemblée générale tenue en juillet 2016 à Bamako. Cette élection constitue une fierté pour l’APCAM, les plus hautes autorités du pays et l’ensemble de la population malienne.

Pour concrétiser la vision « d’une Agriculture durable », moderne et compétitive garantissant la sécurité alimentaire et nutritionnelle » du président de la République, SEM IBK, la création de « nouveau village agricole » est considérée comme une des meilleures solutions permettant de lever les défis liés notamment à : la forte dépendance de l’Agriculture aux aléas climatiques ; la difficulté pour les producteurs d’accéder aux crédits agricoles ; l’insuffisance de professionnalisme des acteurs ; le déficit d’emplois structurés ; l’insécurité foncière préoccupante.

Les nouveaux villages agricoles visent deux objectifs majeurs à savoir : créer des emplois durables par des investissements massifs réduisant la pauvreté et la précarité en milieu rural ; améliorer la productivité et la compétitivité agricole par la diversification, l’intensification et la modernisation des systèmes de production.

Ces nouveaux types de villages seront crées à travers les zones agro-écologiques à fort potentiel aménageable en maitrise totale de l’eau. L’ordre du jour de la présente session portait aussi sur l’examen et l’adoption du procès-verbal, de l’état d’exécution des recommandations issues de la 49ème et le rapport d’activités 2016 de l’APCAM.

Béchir Ben Haidara

MALIACTUEconomie
L’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (APCAM) s’est réunie le 27 décembre 2016 dans ses locaux pour la tenue de son 50ème session ordinaire. Cette session qui s’ouvre dans un contexte où l’économie nationale vient de connaitre son essor au regard des différentes réalisations faites par le monde...