L’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Mali (APBEF) a organisé, vendredi et samedi derniers, au Parc des expositions, la 6e édition de la journée des banques et établissements financiers du Mali sous le thème : ‘’le financement des projets structurants pour une croissance économique durable et soutenue ’’. Cette manifestation se tient cette année dans la mouvance de la 1e édition de la Foire du Ramadan, du 2 juin au 7 juillet.

Konimba SIDIBE ministre Promotion Investissement secteur prive mamadou hachim koumare inauguration edition foire ramadan

La cérémonie d’ouverture était présidée par le ministre de la Promotion de l’Investissement et du secteur privé, Konimba SIDIBE, représentant son homologue de l’Economie et des finances. M. SIDIBE avait à ses côtés son homologue de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement
Mamadou Hachim KOUMARE.
Le président de l’APBEF Mali, Moussa Alassane DIALLO, a expliqué que l’organisation de la journée des banques et établissements financiers est une priorité pour favoriser l’accessibilité aux services bancaires. Elle se fixe comme objectifs : la promotion et la vulgarisation des produits et services bancaires ; l’information, la sensibilisation et l’éducation financière des populations ; la bancarisation de l’économie et la promotion des moyens de paiement (scripturaux, électroniques, monétiques) ; la réalisation d’un objectif d’inclusion financière ; l’appui à la formation et au renforcement des capacités des étudiants ; promouvoir la croissance inclusive ; favoriser le partenariat banques/clients.
Selon Moussa Alassane DIALLO, ladite journée s’inscrit désormais dans les manifestations économiques majeures de notre pays. Il a indiqué que le taux de croissance économique de notre pays en 2015, 5,8%, explique largement le choix du thème de la 6e édition : ‘’le financement des projets structurants pour une croissance économique durable et soutenue’’.
Le ministre SIDIBE a fait savoir que l’intérêt de la journée des banques et établissements financiers du Mali ne souffre l’ombre d’aucun doute en raison de l’important rôle qu’ils jouent dans le développement de notre pays. M. SIDIBE voit dans la journée une occasion de faire mieux connaître la profession des banques et établissements financiers dans toute sa complexité ; prendre connaissance des préoccupations des clients des banques et établissements financiers ; faire comprendre l’accessibilité aux produits bancaires, les coûts. Il a salué leurs performances de ces dernières années qui traduisent toute la vitalité de la profession.
En terrain connu, le ministre de la Promotion de l’Investissement et du secteur privé a évoqué un débat où la tendance est pour les clients de jeter l’opprobre sur les banquiers. Il a fait savoir que le dialogue de sourd ne sert à rien et a encouragé l’échange pour une meilleure compréhension.
M. SIDIBE a demandé de faire en sorte que les banques soient plus présentes dans le financement des investissements sans lesquels il n’y a pas de croissance. Il a indiqué que les projets structurants lourds se réalisent sur plusieurs années. Aussi a-t-il annoncé, le cadre juridique pour lesdits projets qui est prêt et sera adopté d’ici à la fin de l’année en cours. Il a donné l’assurance que le Gouvernement veillera à ce que les banques tiennent leur place dans le dispositif de financement de l’économie basée sur les projets lourds.
Enfin le ministre de la Promotion de l’Investissement et du secteur privé a exhorté les banques et établissements financiers à faire preuve de plus d’audace dans le financement des projets.
La cérémonie d’ouverture a été suivie d’une visite guidée des stands.
Les conférences-débats organisées à l’occasion de cette 6e édition de la journée des banques et établissements financiers avaient pour thèmes : ‘’financement des projets structurants pour une croissance économique soutenue et durable : agriculture, énergie, infrastructures’’ ; ‘’quels outils communs à l’échelle régionale pour engager la modernisation des services financiers digitaux’’.
Le ministre SIDIBE a accepté de prêter ses services pour l’animation de ces thèmes.
Dans son mot de bienvenue, le président de l’APBEF a indiqué qu’à travers ces thèmes, il s’agit d’engager la réflexion en prélude à l’organisation, en début 2017, par le ministère en charge de la Promotion de l’investissement et du secteur privé, en collaboration avec le Groupe de la Banque mondiale, du Forum sur le thème : ‘’Investir au Mali’’.
M. DIALLO a dévoilé la feuille de route de l’APBEF pour la période 2016-2017 qui s’articule autour de : la réponse aux préoccupations exprimées par les clients, notamment en matière de financement ; la promotion d’un système financier dynamique et performant au service du développement et de la croissance économique du Mali ; la construction d’un véritable partenariat avec les organisations professionnelles et les associations de consommateurs, à travers un dialogue franc et constructif. Parallèlement à cela, l’Association mettra un accent particulier sur la formation professionnelle et le renforcement des capacités du personnel bancaire. La qualité des services bancaires et la satisfaction des clients constituant une obligation de résultat pour l’APBEF.

La BDM-SA : un poids lourd du financement
La Banque de Développement du Mali, BDM-SA, fait partie des poids lourds du financement de l’économie nationale. Comme lors des années précédentes, elle était présente à la 6e édition de la journée des banques et établissements financiers. Occasion pour elle de présenter la palette de ses produits. Parmi les types de comptes professionnels, il y a le compte commercial qui nécessite deux photos, plus la photocopie d’une pièce d’identité en cours de validité ; le registre du commerce ; les statuts et règlement ; un minimum de 250 000 FCFA ; le numéro d’identification fiscal.
Pour le compte commercial immatriculé à l’étranger, il est demandé un certificat d’immatriculation au registre du commerce/KBIS ; les statuts certifiés ; le PV de l’assemblée générale du conseil d’administration ; le pouvoir des mandataires ; l’attestation bancaire ; un minimum de 250 000 FCFA.
En ce qui est du compte commercial immatriculé à l’étranger avec une représentation au Mali, il faut 2 photos, plus une photocopie de nomination d’un ou des représentants ; le certificat de l’ambassade du Mali dont dépendent ces organismes attestant de la validité des documents en cours.
La BDM-SA prend également en compte les particuliers, à travers le compte d’épargne qui nécessite trois photos, plus la photocopie d’une pièce d’identité en cours de validité ; un minimum de 500 000 FCFA dans les deux Agences principales et 100 000 FCFA pour les autres Agences. L’avantage de ce compte est que la BDM offre gracieusement une carte d’épargne à l’ouverture de votre compte.
Le compte courant nécessite deux photos, plus la photocopie d’une pièce d’identité en cours de validité, une attestation de service ; un minimum de 100 000 FCFA ; l’adresse complète du lieu de résidence, plus un numéro de téléphone.
Relativement au compte-courant étrangers au Mali, il faut deux photos, plus la photocopie d’une pièce d’identité en cours de validité ; une attestation bancaire du pays d’origine ; un minimum de 100 000 FCFA.
Pour ouvrir un compte à partir de l’étranger, il suffit de se présenter à une des Agences ou un des Bureaux de représentation de la BDM-SA, muni d’une pièce d’identité en cours de validité et de deux photos d’identité récentes.
Les associations/ONG non plus ne sont pas laissées pour compte chez la BDM-SA. Elles doivent fournir l’accord-cadre/ récépissé ; statuts et règlement ; PV de l’assemblée générale ou de l’assemblée constitutive ; liste des membres ; deux photos, plus photocopie d’une pièce d’identité en cours de validité du ou des signataires.
La Banque de développement du Mali met à la disposition de sa clientèle une large gamme de crédits permettant de couvrir tous les besoins de financement de votre entreprise : facilité de caisse ; découvert ; crédits à consommation pour les particuliers salariés ; crédits d’équipement ; prêts immobiliers ; escomptes de papier commercial ; crédit de campagne ; cautions/avals.
La BDM, c’est aussi la carte VISA GOLD. Il s’agit d’une carte à débit immédiat valable deux ans renouvelable automatiquement et accessible à tout client détenteur d’un compte chèque à la BDM-SA. C’est une carte haut de gamme très prestigieuse, à plafond hebdomadaire, permettant d’effectuer des retraits et des paiements en online et officine afin de satisfaire aux attentes d’une clientèle exigeante. La carte VISA GOLD est destinée à l’ensemble de la clientèle des particuliers de prestige et très haut de gamme dont les revenus sont supérieurs à 1 000 000 FCFA/mois. Le coût de la carte VISA GOLD est de 50 000 FCFA.
Il y a aussi la carte CAURIS CLASSIQUE qui permet le retrait et le paiement immédiat utilisable au Mali sur les points de vente de la BDM-SA. La carte BDM CAURIS CLASSIQUE s’adresse aux clients détenteurs d’un compte chèque. Elle offre une possibilité de retrait jusqu’à 100 000 FCFA/jour, à concurrence de solde disponible sur le compte lié à la carte ; les règlements d’achats jusqu’à 100 000 FCFA/jour auprès des commerçants affiliés au réseau BDM-SA en utilisant le plafond de paiement préalablement déterminé. Le coût de la carte CAURIS CLASSIQUE est de 11 500 FCFA.
Les services complémentaires au niveau des GAB BDM-SA sont : consultations du solde, obtention du relevé des dix dernières opérations ; cash advance au niveau de toutes les agences BDM-SA.

Par Bertin DAKOUO

 

Source: info-matin

Vida vidaEconomie
L’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Mali (APBEF) a organisé, vendredi et samedi derniers, au Parc des expositions, la 6e édition de la journée des banques et établissements financiers du Mali sous le thème : ‘’le financement des projets structurants pour une croissance économique durable et soutenue...