Le ministre de l’Énergie et de l’eau, Malick ALHOUSSEINI, accompagné d’une forte délégation composée de membres de son cabinet et de certains directeurs des services centraux de son département, s’est rendu, vendredi et samedi derniers, respectivement à Gossi (Tombouctou) et à Ansongo (Gao), sous bonne escorte des forces armées et de sécurité.

station-pompage-eau-potable-kabala-somagep

À Gossi, située dans la région de Tombouctou dans la zone du Gourma, sur la route de Gao, la délégation ministérielle a été accueillie dans une ambiance de grande fête par les populations toutes communautés confondues, avec à leur tête les autorités communales et administratives, venues remercier le Premier ministre et le ministre de l’Énergie et l’eau pour leur courage politique et leur engagement constant à concrétiser les engagements du Président IBK, en matière d’accès à l’eau et l’électricité à moindre coût.
La commune de Gossi s’étend sur 15 000 km2 et compte 44 730 habitants. Elle est située à la frontalière du Burkina Faso et constitue une porte d’entrée de notre pays vers le Nord-Est.
Au fait, le 17 juin dernier, une pluie diluvienne, tombée dans le Gourma, a provoqué la mort massive du cheptel éprouvé par une longue et rude sècheresse.
Aussi, l’utilisation des eaux de surface, notamment celle de la mythique et historique mare de Gossi, est devenue une menace pour la santé des populations, à cause des carcasses d’animaux qui y sont drainées par les courants d’eau.
Au-delà de la mare, les forages et autres puits courraient le risque d’être infestés.
Heureusement, l’eau des forages n’a pas été affectée, cependant pour tout usage l’eau de mare doit, auparavant, être désinfectée de ses bactéries.
Le ministre s’est rendu au niveau de tous les points d’eau de la ville composés de 3 forages de pompes à motricité humaine fonctionnelles, 4 puits modernes et deux systèmes d’adduction d’eau sommaire. Le débit cumulé journalier des forages d’exploitation est de l’ordre de 150 m3 contre une demande estimée à 335 m3 par jours.
Dans le cadre du Programme d’appui aux collectivités territoriales pour l’eau potable et l’assainissement (PACTEA 2), une adduction d’eau est en cours de réalisation pour un montant de près de 249 millions de FCFA.
Avec 18 bornes-fontaines et son château d’une capacité de 80 m3, cette infrastructure permettra de résorber le déficit d’eau dans la ville de Gossi.
Lors de sa rencontre avec les populations, le ministre Malick ALHOUSSEINI a annoncé que dans le cadre de la mise en œuvre des orientations du Programme présidentiel d’urgences sociales 2017-2020, la gestion de l’adduction d’eau potable de Gossi, qui était jusque-là aux mains d’une association d’usagers, sera reprise par les sociétés d’État SOMAPEP (Société malienne de patrimoine de l’eau potable) et SOMAGEP (Société malienne de gestion de l’eau potable). Quant à l’électricité à Gossi, elle sera fournie désormais par EDM-SA.
Cette mesure présidentielle vise à conforter la position de ville carrefour et frontière de Gossi, a expliqué le ministre Malick ALHOUSSEINI qui a vivement apprécié le dévouement des populations à faire revenir la paix au sein de leurs communautés.
Selon le ministre, SOMAPEP et SOMAGEP vont doter la ville d’une adduction d’eau complète.
Il en sera de même pour EDM SA qui va remplacer l’AMADER, conformément aux orientations du Programme d’urgences sociales du Président IBK.
« Une vingtaine de forages vont également être réalisés dans plusieurs endroits dans le Gourma, une zone géographique caractérisée par son aridité », a révélé le ministre.
De mémoire des populations de Gossi, c’est la 1re fois qu’un ministre de l’Énergie et l’eau, vienne discuter directement avec elles de ces questions.

Ansongo : Désormais de l’électricité 24 h sur 24
Après Gossi, la délégation ministérielle s’est rendue le lendemain, samedi 8 juillet, à Ansongo où le ministre a procédé à l’installation officielle de la société d’État EDM- SA qui désormais va fournir de l’électricité 24 h sur 24 à la ville dans le cadre général du transfert à la société Énergie du Mali de tous les chefs-lieux de cercle et localités frontières du Mali, pour la gestion du courant.
La nouvelle centrale hybride d’Ansongo a une capacité exploitable 200 KW et comprend deux groupes électrogènes et un champ solaire d’une puissance crête de 660 KW.
« Le cas particulier d’Ansongo procède d’un élan de justice sociale du Président de la République en l’endroit d’un chef-lieu de cercle presque septuagénaire d’existence, principal axe des relations commerciales avec la République sœur du Niger, centre agro-sylvo-pastorale actif, aux potentialités minières immenses », a expliqué le ministre de l’Énergie et de l’eau.
Ici également, lors de sa rencontre avec les populations, le ministre a annoncé la reprise de la gestion de l’eau dans la ville par la SOMAGEP et la SOMAPEP. C’est avec satisfaction et une grande joie que les habitants ont accueilli cette mesure.
En conclusion, le ministre a vivement salué les efforts du Président IBK dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des Maliens et pour le retour de la paix dans notre pays.
Cette visite de terrain intervient après celles effectuées dans plusieurs localités des régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et certains quartiers du District de Bamako, vise à s’enquérir des conditions accès à l’électricité devenue un facteur incontournable pour le développement de ces localités.

Par Sékou CAMARA

 

Source: info-matin

MaliwebEconomie
Le ministre de l’Énergie et de l’eau, Malick ALHOUSSEINI, accompagné d’une forte délégation composée de membres de son cabinet et de certains directeurs des services centraux de son département, s’est rendu, vendredi et samedi derniers, respectivement à Gossi (Tombouctou) et à Ansongo (Gao), sous bonne escorte des forces armées...