Au cours d’un point de presse tenu hier, mardi 28 septembre 2021, à la Maison des Jeunes, des responsables du Collectif des producteurs du coton, ont exigé des autorités transitoires l’application des recommandations issues des Assises nationales sur le coton. A dans le cas échéant, plusieurs actions d’envergures sont annoncées.

Ils sont venus des filiales de Koutiala, Sikasso, Fana, Kita, OHVN pour dénoncer ce qu’ils qualifient du « tripatouillages des textes, les fraudes, les entorses aux dispositions de la loi OHADA et aux lois maliennes ». Après avoir rappelé toutes les violations dans le processus d’élection depuis 2014, Yacouba Traoré a expliqué pourquoi le bureau de Bakary Koné est caduque. « A la satisfaction de tous les producteurs de coton, la nomination d’un mandataire juridique de la confédération sur requêtes formulées par les deux ministres en charge est survenue », ont expliqué les conférenciers qui ont ajouté : « ce qui a rendu le bureau de bakary Koné caduque ». A les croire, le mandataire devrait gérer les affaires de la confédération, organiser les élections transparentes et crédibles des sociétés coopératives de producteurs de coton du Mali durant une période fixée par le mandat. Selon ces cotonculteurs qui se sont entretenus avec la presse, la même présidente du tribunal de grande instance de la commune III qui a fait la nomination le 20 septembre, est celle qui « a enflammé la zone cotonnière en annulant sa propre décision de nomination du mandataire ».

Le collectif exige l’application des recommandations des assises nationales sur le coton

Yacouba Traoré, Nfamoussa Bagayoko, Sekou Coulibaly…ont, tour à tour, réclamé l’application des recommandations des assises nationales sur le coton. Ces recommandations, au nombre de trois, sont entre autres : la nomination d’un mandataire juridique qui fera l’audit de la structure et organisera les élections transparentes et crédibles, de la base au sommet suivant la loi OHADA ; le transfert de la fonction de l’approvisionnement des intrants et matériels agricoles à la CMDT ; le renvoi à la base (dans les comptes des unions secteurs) des dus des paysans producteurs de coton suivant la clé de répartition recommandée par les assises, jadis jamais mis à la disposition d’un homme, le président de la confédération et ses « complices » de Bamako.

Les actions qu’envisagent les responsables du collectif des producteurs du coton du Mali

Le collectif ne compte pas rester inactif si ses recommandations ne sont pas prises en compte. En effet, dans sa lettre au premier ministre, il a menacé d’entamer des actions d’envergures si les recommandations des assises sur le coton ne sont pas mises en œuvre. Ce que collectif envisage, c’est de rejeter tout intrant et matériel issus des appels d’offre organisés par Bakary Koné, Bakary Togola et Babouya Sylla ; de ne pas participer à un quelconque appel d’offres organisé par Bakary Koné, Bakary Togola et Babouya Sylla ; d’arrêter immédiatement tout recensement d’intention d’emblavure pour la campagne 2022/2023.

Par ailleurs, il faut préciser que le collectif des producteurs du coton a sollicité l’implication du premier ministre. « Monsieur le premier ministre, comptant sur votre esprit patriotique, nous vous prions de venir en aide aux producteurs de coton dont les productions créent des économies d’échelles substantielles, mais qui n’en profitent pas. D’où tout ce forcing mafieux pour accéder à la présidence de notre organisation », ont déclaré les responsables du collectif des producteurs de Coton du Mali qui ont sollicité « l’implication » du premier ministre et du président de la transition pour trancher cette question.

B. Guindo

Source: LE PAYS

MaliwebEconomie
Au cours d’un point de presse tenu hier, mardi 28 septembre 2021, à la Maison des Jeunes, des responsables du Collectif des producteurs du coton, ont exigé des autorités transitoires l’application des recommandations issues des Assises nationales sur le coton. A dans le cas échéant, plusieurs actions d’envergures sont...