Le 1er vice-président du Conseil national du patronat du Mali (CNPM), Boubacar Toutou KANTE, a procédé ce jeudi 25 novembre au lancement des activités de relance de la Bourse de Sous-traitance et de partenariat du Mali (BSTP-Mali) après quelques mois d’arrêt. Une opportunité de faire connaître ce secteur très peu connu qui, pour autant, contribue à la création de la richesse.

 

La cérémonie consacrant cette journée de relance a eu lieu au siège du CNPM en présence de plusieurs acteurs du monde du secteur privé. Elle était présidée par le vice-président du CNPM, Boubacar Toutou KANTE qui avait à ses côtés le directeur général de la Bourse de Sous-traitance et de partenariat du Mali (BSTP-Mali), Ibrahima KOITA.
Créée en 2011, la BSTP-Mali est un centre technique d’information, de formation et de mise en relation entre les grandes entreprises (donneur d’ordre) et les petites et moyennes entreprises (Sous-traitants). Il crée des opportunités de croissance économique.
Dix ans après sa création, les activités de la BSTP-Mali étaient au ralenti. Puisque peu d’entreprises s’y intéressent.
Pour autant, selon le vice-président du CNPM, elle accorde des avantages certains aux différentes parties (les donneurs d’ordre, les sous-traitants, le secteur privé et l’Etat).
En effet, elle permet de créer, gérer et de maintenir la richesse en plus de contribuer à la modernisation de l’économie nationale.
« La sous-traitance demeure sans doute, un levier de croissance pour les entreprises », a affirmé le vice-président.
En dépit de ces réalités, à cause du faible engouement pour la Bourse du Mali, la structure peine à atteindre les résultats escomptés, a regretté M. KANTE.
A ce jour, la BSTP-Mali compte seulement 28 entreprises, a fait le point le nouveau directeur général de la structure nommé il y a juste quelques mois. Ce chiffre très insignifiant comparativement à certains pays comme le Sénégal, la Côte d’ivoire où des centaines d’entreprises sont inscrites à leur Bourse, a indiqué le DG.
A la tête de cette structure, il ambitionne d’intensifier la sensibilisation, l’information en vue de convaincre à les entreprises et les acteurs du secteur informel à adhérer à ce programme de croissance économique.
« Nous allons travailler pour changer le cap. Nous allons œuvrer pour que le nombre d’entreprise à la Bourse au Mali augmente », a déclaré M. KOITA.
La relance des activités de la Bourse au Mali a été l’occasion de faire davantage connaître cette structure, à travers une présentation du consultant, Adama KONATE, ancien responsable de la direction nationale des industries du Mali.
« Le pays est à un stade précaire et a besoin de moderniser son économie en luttant notamment contre la corruption », a indiqué M. KONATE.
Selon lui, il est important pour le pays de changer de fusil d’épaule en focalisation son économie sur, notamment le numérique et l’artisanat, des secteurs qui demeurent sous exploités.
Dans sa présentation, Adama KONATE a affirmé que des pays développés et en voie de développement ont profité des avantages de la Bourse pour générer des revenus et créer de l’emploi. L’économie moderne n’encourage pas qu’une seule entreprise prenne la responsabilité de tout produire. Et pour plus d’efficacité, les grandes entreprises font recours à la sous-traitance.
« Aux USA, sur un véhicule d’un producteur américain, 37% environ sont effectués par les entreprises locales et 63% environ par des sous-traitants étrangers. Plus de 30% de grandes entreprises américaines approvisionnent plus de 50% de leurs productions, à travers des commandes de sous-traitance », a souligné M. KONATE.
Selon lui, plus la sous-traitance est développée, plus l’économie est forte. Puis, il a rappelé qu’en 2020 la sous-traitance en électronique a généré 18,3 milliards d’euro contre 16,6 milliards en 2015.
« La Bourse permet de chercher des opportunités de création de richesse et de trouver les moyens de porter les opportunités à la connaissance des entreprises », a-t-il expliqué.

PAR SIKOU BAH

Source : Info-Matin

MaliwebEconomie
Le 1er vice-président du Conseil national du patronat du Mali (CNPM), Boubacar Toutou KANTE, a procédé ce jeudi 25 novembre au lancement des activités de relance de la Bourse de Sous-traitance et de partenariat du Mali (BSTP-Mali) après quelques mois d’arrêt. Une opportunité de faire connaître ce secteur très...