Au terme des 3 jours de travaux à Bamako, les experts du CILSS ont animé le 29 novembre, une conférence de presse à l’hôtel Salam, au cours de laquelle, le coordinateur du programme régional d’appui à la sécurité alimentaire, la lutte contre  la désertification, population et développement, notre compatriote Mahalmoudou Hamadoun a répondu aux questions de savoir si la population malienne pourra manger à sa faim, et s’il y a des recommandations spécifiques adressées aux autorités du Mali ? Selon le conférencier, le coordinateur du programme régional d’appui à la sécurité alimentaire, la lutte contre  la désertification, population et développement, Mahalmoudou Hamadoun, « nous sommes dans un exercice qui a pour but de valider les résultats prévisionnels.

Et au vu de ce qui nous a été présenté, je pense que la situation du Mali ressort excédentaire. Mais entre  sécurité alimentaire et  production agricole il ya une grande différence. Pour assurer la sécurité alimentaire, il ya d’autres facteurs qui rentrent en ligne de compte en plus de la production agricole. Oui les populations du Mali, du Niger et du Burkina Faso peuvent manger à leur faim. Elles ont une production agricole qui ressort excédentaire. Il ya d’autres facteurs qu’il faudrait prendre en compte pour s’assurer que chaque malien puisse accéder à l’alimentation. Cela implique des questions de disponibilités, d’accessibilité et d’utilisation ». Selon lui, il n’y a pas de recommandation spéciale aux autorités maliennes. « Les recommandations sont lancées à l’ensemble des 17 pays, y compris le Mali ».

Source: Le Républicain

MaliwebEconomie
Au terme des 3 jours de travaux à Bamako, les experts du CILSS ont animé le 29 novembre, une conférence de presse à l’hôtel Salam, au cours de laquelle, le coordinateur du programme régional d’appui à la sécurité alimentaire, la lutte contre  la désertification, population et développement, notre compatriote...